Relic Hunters

Forum de Campagne
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vlad's mind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Vlad's mind   Sam 17 Sep - 23:08

Vendredi 09 Novembre



Cette lettre était ce qu'il me fallait, un nouveau divertissement. Ce nom, Mr Everett ne me disait rien, il s'agissait donc d'un nouvel arrivant ou d'un sous fifre. Le deuxiéme cas me semble plus probable, les organisations aiment avoir leurs petits secrets.

Après avoir laché mon repas, je confis ma proie à mes goules: Anselm et Luna. En leur promettant de les nourrir en rentrant, je pus voir la faim et l'envie s'éveiller dans leur yeux. Il me restait assez de restes pour cuisiner un petit plat dont j'ai le secret, depuis qu'ils ont gouté de l'humain, ils ne peuvent plus s'en passer.

Le Plaza Hotel était notre lieu de rendez vous, d'après la lettre nous étions un groupe d'invités ce qui compliquait certaines choses mais qui pouvait être divertissant. J'ouvris la porte et vis que je n'étais pas arrivé le premier, une jeune femme d'origine japonaise vu les traits du visage ainsi qu'un homme plutot musclé et étonnament quelconque. On peut beaucoup en apprendre sur l'apparence des gens mais lui ne me donna aucun ressenti, le but recherché je suppose.

Nous fîmes les présentations, qui retombèrent dans un silence gêné devant le peu d'information que nous disposions. Puis entra en trombe ce qui semblait être l'archétype du colon du 19 éme siècle, aussi bien physiquement que socialement. Un conquérant possédant la pièce à son premier pas, où pour lui toutes convenances disparaissaient. Bref le groupe semblait assemblé, et les choses sérieuses commencèrent.

"Ordre secret cherche vampires pour mystérieuse chasse d'artefacts, possibilité d'énerver les grandes puissances de la ville. Récompense assurée !" Que peut il arriver de mal, hein ? Mais bon je vous avoue que il y avait bien trop de potentiel pour que je refuse. Le travail d'équipe n'est pas ma tasse de thé mais bon peut être arriveront ils à me divertir, le plus dur va être de regarder le visage de Reiner pendant tout ce temps. Le monde est assez cruel, il n'a pas besoin d'être inesthétique.


Notre mission test était de dérober une armure sur les quais un peu en dehors de la ville, et après concertation le plan fut mis en place. Mes capacités m’envoyèrent dans une position délicate mais une pointe d'adrénaline sut faire passer ce moment. Ici il n'est pas question d'illusion, je deviens une nouvelle personne, grâce à mes recherches je copie toute son identité physique et mentale.

Je pris donc l'apparence du CEO (un cinquantenaire peu valorisé, mais bon c'est pour la bonne cause) ce qui me permit de faire entrer mes camarades avec un camion de livraison volé, malheureusement j'eus la mauvaise surprise de voir que quelqu’un avait été plus rapide que nous. Pour ne pas alerter la sécurité je pris une autre caisse du conteneur et les fit repartir avec, potentiellement d'autres ennuis mais bon je pourrais leur trouver une utilité plus tard. Il ne me restait plus qu'à sortir avec les vidéos des caméras pour retrouver notre voleur.


Premiére opération en demi teinte, n'étant pas un expert j'ai fais l'erreur de prendre ma voiture cette nuit, ce qui lui valut un dépôt à la casse. Mais bon cela n'avait pas vraiment d'importance, je finis ma nuit à essayer de trouver notre voleur sur les caméras. Et fut récompensé par un visage ma foi bien laid, à tel point que la première pensée serait qu'il soit nosferatu mais sa tête ne me disait rien, autant mettre le reste du groupe dessus...


La nuit suivante je suis allé voir mon contact nosferatu pour en apprendre plus sur ce mystérieux groupe Carson. Contre son péché mignon j'en appris plus, peut être un peu trop mais tant que nous nous taisons rien ne peut nous trahir.

Et à ma grande surprise en rentrant au Plaza je vis Reiner totalement défoncé en pleine crise de panique. Au premier coup d'oeil je vis les symptômes d'un drogué, qui l'eut cru pour moi cet allemand ressemblait plus à un rat de bibliothèque qu'à un clubber mais bon la nuit est pleine de surprise. Il cria puis s'enfuit sur le toit, bordel s'il tombait ou faisait le con cela allait nous mettre dans une merde pas possible, plus qu'a y aller... Dans une langue totalement inconnu, il semblait réaliser une danse connue de lui seul. Simple spectateur je fus pris à parti quand il il décida de.. Bref disons que je le laissai faire ce qu'il voulait jusqu'à ce que je sois rejoins par mes 2 autres compères. Yoruko semblait prendre ceci pour un rituel occulte, mais je lui fit rapidement comprendre le contraire. Elle n'avait l'air pas très au courant de ce genre de choses, une brave fille.


En tout cas nous eumes la surprise de voir l'armure dans les mains de Victor. Soit il est trés doué soit il a des amis puissants, en tout cas cela nous facilita les choses, malgré ces nombreuses zones d'ombre nous pouvions finir ce qui nous avait été demandé.
Aprés que Mr . Everett nous offrit notre paiement, il nous expliqua ses "véritables" intentions. Alors bon dans la vie il faut des utopistes, la plupart du temps ils sont inoffensifs mais là... Découvrir les secrets de notre race pour rassembler tous les vampires en une magnifique coterie de bisounours. Tant que l'échelle des pouvoirs existera il y aura toujours un dominé et un dominant et je sais de quoi je parle. Mais bon avec l'arrivée de l'autre un peu de tourisme ne me fera pas de mal et en plus qui n'a jamais rêvé de comprendre ce que nous sommes. Peut être est ce le timing pour me débarasser de ce parasite balourd, de faire de nouvelles expériences, un nouveau monde plein de divertissements s'ouvre à moi.


Dernière édition par Tanguy le Dim 9 Oct - 7:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Dim 9 Oct - 7:26

Nous avions fait nos preuves maintenant les choses sérieux commencérent, retrouver un infernaliste du nom de Cedric Prescott. Ces dons occultistes pourraient localiser un artefact recherché par Mr.Everett, les larmes des fréres. Quelques pistes nous avait été proposé, une montée de tag sataniste, le Limbo light ( imaginez une réunion de fan de twilight et d'adolescents emo dans un elyseum) et il semblerait qu'il ait la protection de certains vampires en ville.

Aprés concertation nous avons décidé d'enquéter sur les tags, une charmante soirée de chasse semblait se préparer. Sa c'était avant que je reçoive le message du despote me demandant de le rejoindre au plus tot chez moi. Comment vous dire que mon sire est l'incarnation du connard, les cons sa osent tous et c'est même à sa qu'on les reconnait. Interdit en ville, il a décidé de semer les résultats de ces recherches. Le "boucher de Hudson" son nouveau surnom, et devinez qui va devoir nettoyer sa merde. Pourquoi je l'écoute , et bien il fait partie de la famille et on ne choisit pas sa famille. Par exemple vous n'allez pas buté votre oncle Robert raciste et vulgaire sur la table de Noel. Non, sa ferait tache. Bref connaissant sa patience je partis en trombe, décidé d'en finir au plus vite.

Et le voila avec son arrogance et son non respect qui m'ordonne de récuperer ces erreurs. Voler une preuve d'une enquéte sur un serial killer, voila ce à quoi j'ai du me préparé mais pour l'instant il me restait un peu de temps pour enqueter sur ces tags.

Le temps de prendre ma voiture, je vis mon nouvel ami Victor qui a du me suivre depuis le plaza. Tout cela sentait l'intrigue à plein nez mais je n'avais pas le temps pour sa, ni l'envie de réfléchir aux conséquences.
Aprés ma petite enquéte, je découvris l'auteur de ces tags. Un artiste engagé pour un travail et fier de celui ci, Xnab. Et encore une fois a peine ais je le temps de rentré au plaza que Victor ramenât le corps en torpeur de celui ci, on va dire que le mot enquéte et diplomatie n'a pas la même signification pour lui que pour nous. Reiner le ramena dans son université et nous finimes la nuit.


Le lendemain je fis mes recherches sur l'équipe d’enquêteurs du boucher de Huston, un certain capitaine Gordon menait l'équipe. Prendre son identité suffirais normalement à résoudre mon problème. Je lui donna donc rendez vous dans un motel me faisant passer pour un indic. J'aime mes plans comme mes vestes, sans accrocs et quand je vis plein de flic en civile je me dis que l'honneur est rare de nos jours mais bon aprés une distraction je pus rentrer dans la chambre et l'attendre.

Il arrivat enfin et aprés une lutte disons mouvementé je réussis à prendre son arme et lui tiré dessus. Evidemment, l’assommait aurait été meilleur mais bon on fait ce qu'on peut et je dus rendre son visage non reconnaissable. Mes goules m'ayant donné assez de temps je pus avec son visage, trompait les autres flics et rentrer au commissariat pour récuperer la preuve. Qui avec ma chance légendaire avait été déplacé à la morgue la veille, tout ce cinéma aurait pu etre evité mais bon aprés un voyage je pus enfin rentrer avec la glaciaire, n'ayant aucun probléme pour jouer le role de quelqun d'énervé.


C'est la derniére fois que je répare sa merde, je n'ai aucune envie de couler avec lui et pour cela j'avais besoin d'appui, pourquoi pas mon nouveau groupe. Autant essayer de se rapproché, d'etre charmant cela ne qu'être bénéfique n'est ce pas... Sauf quand un curieux décide de mettre un artefact sabbat inconnu à son doigt sans faire aucune recherche dessus, évidemment c'était une erreur. L'anneau changea son aura d'un noir opaque et il ne put pas la retirer, on a du lui couper sa main et la foutre au feu car même aprés amputation elle semblait doué d'une seconde vie. Une entité noir semblait s'échapper par la cheminée, un nouveau jour un nouveau problème cela ne semblait pas pret de s'arréter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Dim 9 Oct - 7:27

Le contenu de la glacière m'intriguait, quelles recherches mon sire était il entrain de faire. Je savais qu'il avait une soif de reconnaissance infinie et qu'il voulait se démarquer, mais ce qu'il était en train de faire m'intriguait. Il semblait sur le point de créer ses propres pierres de sang, secret gardé précieusement par un ancien de la famille.
Mais pour l'instant elle était incomplète, le vitae ne semblait pas pouvoir être extrait. Le matériau de la pierre m'est inconnu, rouge sang, semble chauffer en présence d'argent, il me faudra faire des recherches plus tard. Peut être la bibliothéque de ce bon Reiner contient une réponse mais pour l'instant j'avais des choses plus importantes à faire.


Avant de rejoindre mes compagnons pour chasser la goule déséspéré, je partis en chasse du coté du quartier de la bourse. J'étais d'humeur à changer de visage, à devenir un hidalgo tel Antonio Banderas. Je fis mon entrée dans un bar et exécuta mon habituel scan d'aura. Encore une fois je vis les émotions tourner dans la piéce mais celle qui m'attira le plus était opaque, épaisse, de la colére une de mes préférés. Elle semblait provenir d'un jeune homme juif, avec une protubérance au niveau du pantalon soit il était membré comme un dieu soit il cachait une arme. Je ne pus me retenir et commença à l'aborder. Il semblait surveiller un dandy du club vip qui n'était autre que son patron qui lui avait tout pris, femme, argent, travail. Il était donc dans un désespoir et dans une haine totale, mmh magnifique. Pour éviter des ennuis avec la police, je réussis à l'empêcher de le tuer mais lui gratifia d'un coup à l'estomac qui le mit ko. Fuyant la sécurité, je réussis à le ramener chez moi.

Je voyais son envie de lui faire du mal et lui expliqua que le tuer ne ferait que rendre ça totalement superficiel et serait une sortie bien trop facile. Par contre le suivre, le rendre parano, le faire vivre dans une crainte constante était beaucoup plus appréciable. Je m'amusais avec ses peurs et ses sentiments les rendant plus exaltant, et lui fit l'honneur de juger son potentiel en lui donnant une goutte de sang. Anselm le déposa dehors l'aube venue.



Le jour suivant, les goules devaient commencer à agir anormalement et nous réussimes a prendre en tenaille une de celles ci près d'un tag. Aprés une discussion, celle ci ne semblait pas nous faire confiance assez pour nous indiquez le repaire de xnab et la diplomatie Brujah régla la question après un coup de crosse rendant la goule inconsciente. La patiente et le tact des Brujahs m'étonneront toujours.

Yoruko a eu le temps d'apercevoir une facade d'immeuble typique du quartier d'Harlem, en fouillant son esprit c'est déja ça. Reiner proposa de l'interroger à l'université, je ne sais pas ce qui se passe dans ce lieu mais connaissant Reiner je n'ose pas demander.
Viktor sortit une lanterne qui semblait faire dire la vérité à la personne qui la tenait, mais malheureusement ça ne semblait pas empêcher le porteur de la détruire sur le sol.

Bon ce qui se passa ensuite est une suite d'évènements logiques selon cet ordre, Viktor partit en frénésie et décapita la goule, Reiner disparut, Yoruko fuit, seul et ne voulant pas mourir je fuis laissant Viktor s'acharner sur le corps de la suicidaire goule. Bref tout ne se passa pas comme prévu dirons nous.
Reiner introuvable, Viktor hum indisposé je partis avec Yoruko chercher cette fameuse façade. Cela nous prit un certain temps mais avec un peu de chance la façade apparut devant nous. Et après une lecture d'aura rapide nous en vimes beaucoup trop pour risquer une confrontation. L'information obtenue, nous decidâmes de nous séparer pour finir la nuit.
Ayant obtenu le maximum d'information sur la pierre, je pris contact avec Piotr pour lui rendre la glacière. Son impatience ne me permettait pas beaucoup de latitude, mais bon mieux vaut se débarasser de ce genre de choses.
J'eus aussi la surprise d'une demande de rendez vous par le primogène malkav, je ne le connaissais pas vraiment mais il semblait vouloir m'offrir un travail. Avoir un nouvel allié ne serait pas de trop, et puis la curiosité de cette demande me fit répondre à l'affirmative. Plus on est de fous plus on rit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Dim 9 Oct - 7:27

Lorsque l'on devient vampire un nouveau monde s'étend devant vous, ce qui ne se passait que dans la fiction prend des proportions tout à fait réelles. Et malgré mes décades dans ce monde il me reste tellement de choses a apprendre, je ne fais qu'effleurer la vicissitude et il existe tellement de disciplines toutes aussi mystérieuses et vastes. Je n'aime pas ne pas comprendre ce qui me pousse à la curiosité.

Pourtant quand Reiner nous annonça que le fantome de la goule décapitée vient de hanter Viktor j'étais totalement perdu. Il semblait être dans la pièce à ce moment là et ne comprenant pas toute la discussion, vu qu'il me manquait un personnage, je passai un moment trés étrange.
Reiner devait s'occuper de son interrogation mais il semble que quelque chose a capoté vu qu'il s'est libéré. Bref je laissai ça entre personnes concernées et nous decidames de faire une pause le temps que ce probléme soit réglé. Juste ce qu'il me fallait pour me débarasser de mon tyran le lendemain.


Passant le temps avant le rendez vous, je pris un moment pour tester de nouvelles méthodes afin de developper le potentiel musculaire. La chose est délicate et demande une concentration intense donc un sire déboulant dans l'appartement sans se faire annoncer a de quoi me faire ripper, ce qui m'endommagea les nerfs. En jurant je me fis présentable et essaya de calmer ma douleur à l'épaule. Aucun remerciement, aucune politesse il me demanda de lui chercher un calice pour feter sa.

J'ai beau être habitué, le stress de ces derniers jours commencent à faire monter ce que j'avais su restreindre jusque là, de la haine pure, glaciale qui semblait pulser dans mes veines. Je m'attelai à la tache et lui ramenai deux idiotes dont une blonde comme il les aime. Après le repas, la discussion continua sur ses projets (faites qu'il parte) et malheureusement il semblait poursuivre dans sa voie. Ne voulant pas nettoyer derrière lui, je recommandai une certaine prudence.

Parfois on tente des choses qui sont vouées à l'échec, il rentra dans une colére noire fracassa le corps inconscient de la blonde la tuant net. M'insulta puis partit en trombe me laissant nettoyer derrière lui encore une fois. Et c'est là je crois que se brisa ma réserve envers lui, ma dette lorsque je suis devenu vampire s'envola. Il fallait m'en débarasser mais malheureusement si mon nom était lié à tout ceci ma famille me rejetterait, je serais considéré comme paria et serais surement chassé. J'étais dans une impasse et la seule solution que je vis fus d'aider indirectement la préfecture à l'arrêter. Je pris le visage de Piotr et déposa le cadavre de la blonde devant un centre commercial et pratiqua une ablation de certains organes. La caméra ne pouvait me manquer, avec ça j'éspére qu'ils feront leur travail.


Le lendemain, la coterie fut réuni encore et notre ami Viktor semblait avoir réglé ses problèmes de fantômes. Reiner nous annonça qu'il avait rendu les artefacts à sa famille, effectivement essayer de revendre aux propriétaires leurs biens volés ne semblait pas être un commerce d'avenir. Dommage je comptais enfoncer plus mon sire en le désignant coupable mais bon j'éspère que la prefecture a un minimum de compétence.


Il était temps de poursuivre une nouvelle piste, le Limbolight. Yoruko décida de prendre en main l'éducation vestimentaire de Viktor et l'entraina faire du shopping. Je vis une lueur rare de désarroi dans ces yeux, que je répondis avec un grand sourire. Etant un peu affamé je donna rendez vous à Reiner à l'Elyséum le temps que je chasse rapidement une proie.
Aprés quelques temps je trouvis enfin ma cible, bien qu'étrangement suspecte et paranoiaque je n'avais pas le temps de faire la fine bouche. Je le suivis dans la ruelle, le croqua mais je fis l'erreur de ne aps avoir vu son arme qu'il me planta plusieurs fois. Je n'avais pas prévu de le tuer mais maintenant je n'avais plus le choix, mes blessures étaient trop importantes. Son corps tomba puis une suite d'image pénétra mon cerveau, je le voyais chassé par une meute de silhouettes à masque d'animaux. Et lorsque je trouva une pièce ancienne qui semblait resonner, une voix me parla. Il se présentait comme le Collecteur et m'annonça que j'étais devenu le chassé et que le seul moyen de rompre la chasse était de tuer le chasseur ou de rendre la piéce à ce qui semblait être un lieu dans Paris.


Bon je sais que je m'ennuie facilement mais là cela commençait à faire beaucoup. Un autre moment j'aurais adoré ce jeu mais la trop de choses étaient sur le feu. Ma seule piste était d'en apprendre plus de la part d'un gangrel et je contactai donc Yoruko et Viktor pour savoir si ils étaient en lien avec eux. Aprés une explication un peu débridée de ma part j'eus la chance de pouvoir rencontrer Witchwood le primogéne qui ne semblait pas intéréssé par moi. Ne sachant pas trop ce qui allait se passer je fis un détour pour prendre mon épée batarde, et conduisit rapidement vers mon nouveau rendez vous (Il semblerait que dans ce moment j'ai oublié Reiner, c'était un grand garçon il ne risquait rien).

Je fus introduit à Witchwood, un personnage ma foi très charismatique qui semblait ne pas aimer les Tzimisces. En lui expliquant la situation il rigola, puis m'expliqua plus précisément la même chose que j'avais déduit.

Malheureusement un voyage pour Paris était impossible dans ces conditions, je rejetais donc ma premiére idée et décida d'affronter mon destin. Une nouvelle épée de Damoclés au dessus de ma tête je revins à mon domaine où Reiner nous donna rendez vous le lendemain soir aprés un message assez inquiétant.

Jusque là tout va bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Dim 16 Oct - 11:11

Le même rêve encore,  cette même sensation qui n'est plus qu'un souvenir distant.  Un bien être indescriptible qui me pousse à continuer, à la rechercher. Je suis une créature d'instinct, la curiosité étant mon moteur mais ici cela allait au delà de sa. Je ne pouvais résister et pour cela je devais continuer coûte que coûte.

C'est dans cet état transi que je rejoignis ma petite coterie, Reiner avait l'air plus nerveux que d'habitude ce qui n'est pas rien. Il nous raconta sa rencontre avec le Lasombra, si mes suppositions étaient justes il avait donc survécu. Prescott avait il des relations avec le Sabbat? Je sais d’expérience que le Sabbat a les mêmes indispositions envers les infernalistes que les camaristes mais l'honneur et la fierté sont un luxe que certains ne peuvent se payer.
Il nous demanda une lettre décrivant la destruction de l'anneau, je n'étais pas très à l'aise avec cela, certes nous l'avons détruit mais la curiosité mal placée fut la raison de tout cela.

Cecilia Parker étant chambellan de l'Elyseum je joignis l'utile à l'agréable et pris rendez vous avec elle dans la soirée.
Après une brève conversation je mena la discussion sur la probable présence d'infernaliste en ville. Tourner autour du pot n'est pas ma spécialité, l'idéal d'une discussion camariste est comparable au duel au fleuret, esquives, parades, contre attaque, feinte. Cela m'ennuie profondément surtout avec des personnes que j'apprécie, si l'on ne vit pas selon ces émotions quel intérêt. Et sa réaction ne fut pas sans réponse, elle savait quelque chose. Enquêter sur elle allait devenir obligatoire, j'espérais qu'elle ne soit pas trop impliqué cela serait regrettable.
Elle tourna habilement la chose sur le boucher, me demandant mon aide dessus et m'apprit qu'il y avait surement un deusiéme tueur car il y avait un droitier et un gaucher. Ma bêtise faillit me consumer, heureusement le sang ne monte pas au joue naturellement sinon j'aurais pris des couleurs écarlates. Le piége se refermait sur moi, mes options se réduisaient à peau de chagrin. Bref c'était pas la joie et je pris rapidement congé.



Le lendemain Yoruko me donna rendez vous pour enfin visiter ma galerie " The cast of toughts", cela me plaisait Viktor et Reiner semblait avoir des passions disons autres. Je me réjouissais d'avance de nos discussions.

Elle arriva, toujours élégante, et après ma foi une visite intéressante la discussion changea vers ce qui semblait être son véritable objectif. Le boucher, son complice, mon implication, cela devenait trop récurrent et je fis ce que mon instinct me dicta, souvent ce n'était pas la meilleure solution mais au moins je savais que c'était ma voie, sans regret. Et je lui avouai presque tout ( oui il ne faut pas exagérer), et après quelques temps je pus voir son besoin dans ses yeux.
Une facette peu visible dans son comportement habituel, mes paroles semblaient l'abreuver et à la fin de mon récit  je pus voir une faim insatiable rapidement dissimulée sous son air professionnel. Agréable surprise. Elle me proposa son aide, me laissant l'ultime choix d'action.


Après ceci je repris rendez vous avec Cecilia, il fallait en finir cette histoire me pesait. Même la séduction qu'elle me fit tomba à l'eau (chose impensable avant), mes pensées étaient bien trop occupées. Je revis cette croix qui ne me disait rien dans son dos, un joli tatouage. Bref si je lui livrais mon sire, elle s'en occuperait sans poser de question. Soit, passer à la manière forte ne me posait pas de problème cependant je n'étais pas sure de pouvoir me retenir.


Reiner nous contacta, nous demandant de rester disponible le lendemain au cas où il aurait des problèmes sans être dans sa proximité. La demande était curieuse surtout lorsqu'il nous donna son client et le lieu de l'opération.
Une opération trémére n'est jamais pacifique et faire le rapprochement entre le lieu et la meute Sabbat était assez évident. Tout ceci me mettait dans une situation délicate, un Tzimisce travaillant pour un Trémére ne vaut pas grand chose si cela se sait. Mais bon Yoruko semblait déterminer à observer tout ceci de prés et je ne pouvais pas la laisser aller seule.


Aussi discret qu'un gangrel en frénésie, nous nous rendîmes au lieu de rendez-vous. Ce qui provoqua la fin de l'opération car nous étions supposé être étranger à tout sa. Ahhh! La joie de voir des tréméres déconfits se partageait avec l'appréhension de la réaction de Reiner. Tel Hitler s'adressant à ses généraux après une défaite nous fumes copieusement insulté par un allemand en furie.


Vu que la nuit était encore devant nous, se débarrasser de mon plus gros problème le plus tot possible me convenait. Je devais l’appâter à me voir chez moi puis le conduire dans un endroit plus discret afin que mes collègues et moi le molestons comme il se doit. Un célèbre général disait que tout plan de bataille se brisait dés les premières minutes de celle-ci. Je pensais pouvoir me retenir pour jouer la comédie aprés tout je ne devais supporter Piotr que quelques dizaines de minutes, une goutte d'eau par rapport à ces dernières décades.

Mais voila il se trouve que la Bête en moi n'en avait strictement rien à foutre dès qu'il me gifla. Je sentis mon corps réagir à cette appel, il débloqua en moi un potentiel destructeur qui jusque là avait été à peine effleuré et puis je n'avais plus aucun contrôle. J'étais spectateur de tout ce qui se passa en suite, moi faisant passer mon sire par la fenêtre (mon loft...),  l'épée bâtarde en main une lutte sans restreinte se passait entre deux Tzimisces de 3 m de haut dans les rues de New York. L'énergie de la pierre de mon domaine injecta assez de force en moi pour trancher d'un coup majestueux le torse de Piotre, sur le point de le tuer je réussis de peu à détourner ma rage sur les passants et le nosferaptu à l'autre bout de la rue qui était bien visible pour moi. Heureusement pour lui je repris le contrôle de mon corps, ma transformation s'était arrêté et j'étais nu dans une rue où régnait le chaos et les cadavres de passants.



J'étais en transe, entre extase et trouille totale. J'avais dépassé une ligne qui était difficilement pardonnable. Mais en voyant le corps en torpeur de mon sire près de mes collègues je ne pus cacher un rictus. Il fallait trouver une camionnette pour transporter le corps de cet imbécile, après un moment et la puissance de Viktor il était enfin posé sur la remorque une bâche le cachant. Je fis de rapides au revoir à Viktor et Yoruko qui semblait encore méduser par tout ceci et pris route vers Cecilia. Je refusai de penser aux conséquences sur l'instant et ne pus résister à siffloter un air wagnérien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Jeu 3 Nov - 12:51

Cecilia, Cecilia, Cecilia ma chère toréadore ambitieuse, je trouve certaines similarités entre elle et Yoruko mais la première, ma foi, se plonge corps et âme dans son ascension, ce qui je pense fait toute la différence. Pour éviter une sentence définitive à mon procès il était temps de chercher des appuis, car comme toute justice entre les mains d'individus elle est corruptible. Il fallait donc juste trouver les bons leviers, Cecilia me permit d'en trouver un puis Mr Everett.

Yoruko mit en place une tentative pour capturer Prescott mais tout ne se passa pas comme prévu, il n'était pas seul et au lieu de le capturer elle réussit à contracter plusieurs dettes. Une réussite. Et évidemment tout cela se compliqua encore plus lorsque Victor a décidé que lancer un pieu était tout aussi efficace que planter un vampire. Prescott eut presque le coeur arraché et ce qui allait tourner en combat se calma lorsque Cecilia domina Reiner et Victor. Bref aprés pour des raisons à première vues obscures Prescott se livra lui même à Everett, chose qui fut temporaire car il réussit à s'échapper par des moyens totalement inconnus et me mettant dans une situation très inconfortable. La mission fut étrangement considérée comme un succès et nous attendions la suite des opérations.


Une fois ceci fait il me fallait un nouveau défi et il arriva grâce au primogéne Quincy Sharp. Les malkavs sont des créatures fascinantes, leur psyché est un chaos total. Un jour peut être aurais je la chance d'étudier leur cerveau mais ici son offre était bien plus alléchante que ceci. Une totale liberté afin de modifier le physique d'individu souffrant de problèmes mentaux non pas pour les restreindre mais pour les sublimer. Il y en avait 5 en tout et mon premier choix de patient fut un obése colérique meurtrier. Je voyais bien le résultat final qui consistait de faire de lui un colosse mais son gout pour la nourriture risquait de tout gâcher au fil du temps.


Il fallait donc que j'ajoute quelque chose pour faire de cette faiblesse une force et une idée sur laquelle je méditais depuis un certain temps vint à moi. La symbiose est un mécanisme fascinant de l'évolution des espèces qui j'en suis sure permettrait aux vampires un jour à leur tour d'accéder à une évolution. Mais tout ceci reste très expérimental et ma foi commencer sur des humains est une bonne chose. Je préparai donc mon patient pour qu'il soit prêt à recevoir son symbiote, je fis de lui une montagne, une force de la nature. Et je me mis a travailler sur le parasite.

L'échec est un processus normal de toute expérimentation scientifique, il permet même parfois de trouver des résultats sur des choses inattendues. Cependant dans ce cas la je vous avoue que ma patience en prit un coup, j'y passais toutes mes nuits et cela pendant plusieurs jours. Son développement fut lent et il me semble que Anselm et Luna avait tendance à ne pas rester trop proches de moi quand je rentrais.

J'étais dans un état d'énervement assez avancé quand je reçus un coup de téléphone de Robin Porter, un contact que j'ai à la police, m'informant qu'un jeune homme en détention semblait faire des rêves d'un homme qui me ressemblait étrangement. Je mis un moment à comprendre qu'il parlait du petit juif à qui j'ai donné une chance de devenir mon serviteur.
Je me fis passer pour son avocat et  eut une discussion affreusement ennuyante, monsieur voulait trouver la paix, monsieur voulait oublier, monsieur se sentait mal d'avoir réagi justement à ces émotions primaires. J'avais entendu que Reiner avait besoin de chalice et ma foi, si il voulait la paix je suis sure qu'il la trouvera après qu'il en ai finit avec lui . Je ne dis pas que ce n'est pas injuste, je dis que sa soulage.

Plusieurs jours passa et enfin je réussis a créé mon premier symbiote. Après des opérations diverses le moment fatidique était arrivé et ma foi ma création était plutôt impressionnante pour un humain. Après avoir englouti une quantité gigantesque de nourriture il semblât entrer en rage et décida que les gardes paraissaient délicieux. Il les brisa sans effort et se mit à manger leurs cervelles sous le regard attendri et fier de moi même et de Quincy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Mer 9 Nov - 12:05

Mr Everett est un mystère pour moi, il semble si sûr de lui que cela en devient déstabilisant. Le sous estimer serait une faute grave, je ne sais toujours pas si son pouvoir est quelque chose qui lui appartient ou s'il l'emprunte à travers sa "société" mais en tout cas son projet est ambitieux. Voler les larmes des deux Frères durant une fête Giovanni, rien de moins. Même si Reiner ne réagit pas sur le coup, son implication dans tout ceci le mettait dans une position délicate. Pourtant Everett n'eut aucune hésitation à nous confier ceci, il était donc persuadé que trahison il n'y aura pas. La date était fixée, ce qui nous laissait quelques semaines avant la cérémonie chez les Giovanni. Le temps nécessaire pour que je trouve où se cachait Piotr, son attitude était hautement suspecte et il fallait que j'en sache plus.

Après quelques tractations j'eus enfin l'information et décidai d'y aller de suite. La discrétion dans cette affaire était nécessaire mais je sais d’expérience qu'un Tzimisce laisse toujours des... expérimentations sur son lieu de travail. C'est pourquoi je pris contact avec Victor qui accepta de m'accompagner, un Brujah est un atout précieux dans ce genre de situation.


La piste était une boutique d'occultiste humain avec un néon de mauvais gout, dedans une femme humaine semblait s'y cacher. Après m'être fait passer pour l'infant meurtri, elle décida enfin à m'ouvrir. J'appris rapidement qu'elle était sa goule, chose étrange car je ne l'avais jamais vue. Son attitude était erratique, elle prétendait que son lien avec Piotr n'était pas rompu. Même si l'idée me mettait mal à l'aise je mis cela sur son incapacité à se détacher de ses émotions et un choc post traumatique. Jurant vengeance sur l’infâme assassin du Tzimisce (moi) je réussis à gagner sa confiance et obtint l'accés au laboratoire que tout bon tzimisce possède.
Une certaine nostalgie me prit lorsque j'entrai, mes premiers pas dans ce genre d'endroit restent encore dans ma mémoire.


L'horreur, la folie, l'odeur de sang... il me fallut un certain temps avant de m'habituer durant l'aube de ma non-vie, la première leçon de notre voie est qu'il n'y a aucune limite dans la recherche du savoir. La réputation des Tzimisces n'est pas une légende, nous inspirons le dégout, le mépris mais nous sommes en réalité des pionniers de la science. Tels les scientifiques d'antan profanant les morts et fuyant l'Eglise nous bravons les interdits pour entrouvrir une porte menant à des potentiels infinis. Mais tout ceci a un prix, notre humanité a goût de cendre et reste un souvenir lointain. Pour tout analyser et voir la vérité factuelle les émotions sont superflues, la majorité de mes confrères s'en débarassent. Personnellement je préfère garder un certain équilibre en profitant avec passion des petits plaisirs de la vie. L'artiste a seulement alors une conscience plus aiguë que celle des autres de l'harmonie du monde, de sa beauté et de sa laideur, de l'apport de l'homme, qu'il doit transmettre intelligemment aux autres.

Ha ! Je digresse, revenons sur cette salle et le visage un peu plus pâle de mon confrère anarch Victor. La salle était remplie d'homoncules, d'expériences en court comme le buste de cette femme les organes à l'air et à la voix magnifique. Je n'avais jamais vu ça et j'en profitai pour faire quelques dessins. Le plan de travail était rempli de rubis, il semblait donc bien vouloir créer ses propres pierres de sang. Sans résultat. Il me fallut un certain temps avant de tout déménager chez moi, la goule avec car elle pouvait être utile encore. Elle me parla d'un homme qui semblait rendre visite à Piotr : un slave agé aux yeux bleus se nommant le Démiurge. Je paya Victor pour le dérangement puis j'appela Yoruko premiérement pour savoir si elle connaissait une personne s'appelant Demiurge et deuxiément pour qu'elle signale le laboratoire à la prefecture. J'avais laissé ce qu'il fallait pour qu'il n'y ait plus aucune hésitation sur sa culpabilité.
A la fin de la nuit je laissai la goule aux mains de Luna et Anselm, elle n'était plus utile. Il est de mon devoir de donner des leçons à mes petits, après tout n'y a-t-il pas plus sacré que la relation d'un maître et de son élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Lun 14 Nov - 19:27

Mon ignorance dans certaines langues bloqua ma progression sur la bibliothèque de mon sire. Il fallait donc que je passe par quelqu’un de plus expérimenté qui garderait une certaine discrétion. Je me mis donc en route chez Reiner pour lui confier la traduction de certains ouvrages, il était ravi de pouvoir faire des copies pour augmenter sa bibliothèque occulte . Nous nous mettons d'accord sur une certaine discrétion concernant le sujet Tzimisce puis je parti voir Féodor qui m'avait convoqué un peu plus tot.


Il semblerait qu'une campagne pour ternir la réputation de Féodor et des Tzimisces se propage par tous les milieux harpies. Mon procès et les actions de mon sire furent le déclenchement de ceci je le savais. J'étais donc plutôt embarrassé en apprenant cela et en colère contre ces pipelettes opportunistes, j'avais délaissé trop longtemps les elyseum depuis un certain temps.
Je promis donc à Féodor que je m'en occuperai au plus vite et partit rapidement prendre rendez vous avec Camilla Oleszkiewicz. La prise de rendez vous fut assuré par nos goules respectives ( un autre élément montrant notre piètre réputation), il se passa dans un bal masqué, quelques vampires étaient présent et elle me conduisit rapidement dans un endroit à l'abri des regards pour discuter. Il fallait donc un plus gros poisson à lui donner, la vicissitude entraine toujours des réactions fortes de la part des gens mais ce qui dégoutte encore plus en général est le commanditaire des Tzimisces surtout si c'est un membre honorable de la camarilla. Je lachai un nom juteux, le gardien du livre des Pactes Anatol, en soulignant le fait que des preuves étaient encore nécessaire. L’appât marcha et elle repartit telle un chat avec sa proie dans la bouche.

Si preuves il y avait de l'implication d'un camariste dans les affaires de Piottre, elle se trouvait dans le journal intime de celui-ci. Malheureusement il était codé et il me faudra un peu de temps pour extraire toutes ces informations.


Quelques jours plus tard Mr. Everett nous donna rendez vous pour nous donner tous les détails ainsi que les invités. Le nom Vykos me fit pousser un grognement, je ne l'avais jamais vue mais sa réputation était autant sulfureuse qu'inquiétante. Nous avions jusqu'au 25 décembre avant de partir, le temps de finir quelques affaires. Mr.Everett me fit la confidence que mon procès ne serait pas une entrave au projet, son bras était donc assez long pour cela. La date s'approchait de plus en plus et ma foi j'avais hâte que tout ceci soit finit pour retourner à mes travaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Mer 16 Nov - 21:07




Il faut bien reconnaître une chose aux camaristes c'est leur sens du spectacle. J'avais plus l'impression d'assister à un débat de salon qu'un jugement. Vauder fils voulait me punir pour l'exemple et se lança dans monologue qui faillit me mettre en torpeur tellement c'était inintéressant et déja-vu, cela néanmoins me permit de voir les témoins de tout ceci. Féodor faisait une de ces rares apparitions en public, je ne sais toujours pas son rôle dans la ville mais mes actions étaient assez graves pour le faire sortir. Le prince était aussi présent, je ne l'avais plus vue depuis la débâcle sabatte, mais il semblait ailleurs surement entrain de se lamenter de cette perte de temps. Aprés un long moment et  aprés avoir fini mon agenda mental des taches pour mon prochain patient, Yoruko prit la parole pour la défense. Me voila un héros d'une tragédie Shakespearienne, un homme confronté à sa loyauté envers 2 clans différent qui pour sauver le peuple de New York a du tué son pére. Touchant, sa ferait un bon film au cinéma ou au théatre.


Une fois que les deux parties on finit, les juges "impartiales" se retirèrent pendant une demi heure pour annoncer leur verdict. Un lien de sang moyen avec le prince qui a vite passé à son préfet, je me doute qu'il n'avait pas le temps pour ces conneries. Puis on me donna le choix de donner mes goules ou mon domaine à De la Tour pendant 1 an. Ce chien profitait de l'occasion pour me mettre dans une position délicate. Qu'il prenne mon domaine, il se rendra bien compte que l'argent ne peut tout acheté. Cette pause ne sera que plus bénéfique pour moi sur le long terme, son mauvais gout me permettra de briller lors de mon retour.

Je remercia Yoruko puis passa chez Vauder pour mon premier lien de sang. Il sembla tout aussi heureux que le prince de ce jugement. Néanmoins il m'expliqua ce qui allait m'attendre et me redonna rendez vous le lendemain pour le deusiéme lien.
J'avais une semaine pour nettoyer mon domaine, bien que l'envie de laisser à ce mécréant une ou deux expériences me vint à l'esprit, la situation était trop délicate pour ce genre de mesquinerie.

Le même soir Yoruko m'appela pour me demander mon aide afin de déjouer un contrat d’assassinat sur la tête. Elle m'expliqua toute l'étrangeté de la situation et le role dans Reiner de celui-ci, donc c'était pour sa que Anselm a vu sortir le comptable de chez Reiner. Ne pouvant refuser de l'aider, je me mis en route vers le crématorium, domaine de l'assassin que je supposais être Rakkanishu d'aprés mes souvenirs et de son lien avec la meute Sabbat.


Nous y allâmes donc tous les trois, moi et Reiner passant devant et Yoruko derrière. L'aura d'un vampire et de plusieurs humains étaient présentes en sous sol. Reiner passa en premier et tua l'humain gardant le rez de chaussée, vu les cris de douleurs lorsqu'il le mordit l'effet de surprise n'était plus de mise. A peine ai je le temps de faire un pas que Yoruko me cria quelque chose et par réflexe je sauta afin d'éviter une paire de griffe qui m'aurait surement tué mais qui m'entailla lourdement le ventre. La suite était trés confus, le vampire s'effondra, sa goule prit feu, je pris la fuite et repris mes esprit caché dans un recoin essayant de me calmer.

La situation semblait sous contrôle maintenant, nous étions sauf mais dans un état pitoyable. Yoruko prit le corps de Rakkanishu et nous laissa nous partager le butin du crématoire. N'étant pas un vampire déclaré ce lieux devenait notre propriété une fois la paperasse faite, nous trouvames au sous sol une salle de culte africain. Reiner essaya de me persuader que tout ceci était de la nécromancie mais pour moi cela ressemblait plus à un culte voisin de Lilith. La dague simple sur l'autel était ce qu'on appelait une dent de Lilith, je laissai donc les livres à Reiner autant parce que c'était dans une langue étrangère que pour la lueur dans son regard lorsqu'on aborda le sujet. Je pris possession du bâtiment ainsi que de quelques véhicules, ma foi un butin conséquent. Je repartis épuisé de cette journée riche en événements, me demandant si je ne devais pas parler de tout sa à Mr.Vaudert qui me semblait être un homme bourré de qualité.

Le lendemain, après mon rendez vous avec le préfet et après une discussion enrichissante quoique unilatérale sur la vicissitude ( d’après son visage il devait être souffrant le pauvre) , je finis enfin le décryptage du journal de Piottre. Je savais qu'il était tombé bas mais en le lisant j'eu l'impression de lire le journal d'un gothique émo. Il expliqua dedans qu'il était à la recherche de son idole le Demiurge, sorte de demi-Dieu pour lui, mais que ses recherches l'avaient mises dans une situation dangereuse.  A tel point qu'il se sentait victime d'une domination de la part d'un trémére issu d'un culte Sabbat. A la fin il sombra dans la folie, prétendant que la glaciaire n'était pas une erreur qu'il avait fait exprés de la déposer. Ce journal apportait autant de réponse qu'il n'ouvrait de questions, tout ce que je pouvais faire c'était en parler à Féodor. Peut être aura t'il plus de réponse, en tout cas cette histoire semblait beaucoup plus compliquée que prévu. Mr Vauder pourrait.... Bordel.... Il faut vraiment que j'arrete sa...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Sam 19 Nov - 15:03

Mon rendez vous chez Féodor fut intéressant, d'une part les informations de mon sire furent suffisantes d’après lui pour régler le problème de harpies et en plus il me fit une confidence. Alors oui cela ne semble être rien pour un observateur extérieur mais le partage d'information chez les Tzimisces est très rare et très mal vue. Mais il prit le temps pour m'ouvrir les yeux sur la politique de la ville et des choses qui me semblaient très étrange trouvèrent une explication. Si Viktor l'apprend un jour je ne sais pas comment il réagirait, lui qui a un sens de l'honneur développé.


Mon devoir fait, je pouvais enfin continuer mon petit loisir chez Mr.Sharp. Ma nouvelle patiente semblait être une jeune femme instable, elle réagit très mal à mon intrusion et je dus passer un certain temps à la calmer, la rassurer avant de pouvoir engager un semblant de discussion. Cette pauvre femme était complètement inadapté pour la vie en société, il me vint donc l'idée de lui offrir une relation beaucoup plus intime. Lui offrir quelque chose qui puisse la soutenir et dont elle peut puiser une certaine force dedans, lui montrer une porte que son esprit embrumé ne pouvait imaginer. Incorporez l'ingéniosité du régne végétal pour la survie à la fléxibilité du corps humain et vous obtenez une relation remplie de potentiel.


En partant je vis une nouvelle lueur dans son regard, elle semblait adhérer au projet et ma foi c'est toujours plus facile quand un patient est volontaire. Choses qui arrivaient rarement, allez savoir pourquoi. Il fallait que je me plonge dans ce domaine pour créer le parasite nécessaire à la symbiose, je demanda donc à Luna de m'acheter des magazines avancées en biologie végétale. Je vis dans son regard qu'elle allait me poser une question puis changea d'avis entre temps, elle était beaucoup plus curieuse que Anselm sur le sujet mais je pense qu'une partie d'elle n'était pas prête pour cela. Ha les voir tous les deux évolués est un plaisir secret qui ne me lasse jamais , je n'imagine pas les dégats que De la Tour aurait fait si je les avais cédés. Ce chien ne comprend rien à la réelle beauté, son envie de contrôle et son étroitesse d'esprit est un frein pathétique à ce qu'est l'art. Ce qui importe par-dessus tout dans une oeuvre d’art, c’est la profondeur vitale de laquelle elle a pu jaillir.


Cela faisait plusieurs jours que je travaillais sur le projet, celui-ci avançait bien ce qui fait que j'ai pu prendre un peu de repos lorsque Yoruko m'invita à discuter. J'avais faim et un peu de divertissement ne serait pas superflue et justement ce soir se tenait une fête des "Nuits d'argent" organisé par Cecilia. Il était de mon devoir de membre de coterie d'aider mes camarades et Yoruko semblait avoir quelques blocages sur les petits plaisirs de la vie.
Je l'emmena donc à la fête, malgré son regard de lapin affolé, puis la laissa seul en lui donnant rendez vous une fois que nos appétits étaient repus. Je trouva une charmante demoiselle qui me fit passer un moment savoureux puis après je rencontra Cecilia qui me confirma une certaine chose et qui je pense surestima mes connaissances en me demandant si  j'étais intéressé par un certain "comte". Ne sachant pas de quoi elle parlait la discussion se termina abruptement. Malgré ses qualités elle est et reste intrigante dans tous les sens du terme ce qui fait qu'elle a un don pour toujours gâcher mon plaisir. C'est donc dans un état ombrageux que je rejoignis Yoruko qui semblait aussi à l'aise que Victor dans un laboratoire Tzimisce.

Elle m'invita chez elle pour discuter, sa serait la première fois que j'entre dans son domaine, et j'eus la surprise d'y trouver un homme qui se présenta sous le nom de Louis. Son aura était quelque chose que je n'avais jamais vu avant, elle était similaire à une aura vampirique mais dorée. Il semblait agir comme un occupant de la maison donc j'en déduis qu'il vivait avec elle. Mais elle essaya de détourner vite mon attention en m'offrant à boire et en commençant à me parler de sa quête d'éradication de la meute Sabbat. L'ambition suintait de sa peau, et quand elle m'apprit que le prince lui avait confié cette mission une certaine lassitude monta en moi.

Voir les fils de la politique sur une autre personne  ne fait que rendre les miens plus apparents, j'aime croire être libre de mes choix malheureusement les chaines de la non vie sont on ne peut plus lourde. J'essaye d'atténuer cela par de multiples choses mais elles sont toujours la, leur froideur omniprésente, hormis dans certains réves où cette femme rousse et sa chaleur me la fait oublier.

Le nom de Comptable me fit reprendre le cours de la discussion, elle semblait vouloir le traquer.  Au vu des derniers événements et informations je ne pus accéder à sa requête de l'éliminer ensemble. Néanmoins si elle réussissait à le tuer cela m’enlèverait une aiguille du pied donc je lui fournis un maximum d'information sur lui en espérant qu'elle aille jusqu'au bout de son projet. Mon statut parmi le Sabbat n'est pas forcément très bien vu, je n'avais donc aucune envie de m'impliquer pour les sauver même si la plastique admirable de Suarez allait me manquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Mar 22 Nov - 19:59



Quelques jour plus tard Yoruko m'appela , elle avait besoin d'aide pour sa traque ainsi que pour sauver Reiner. N'ayant aucune nouvelle de Viktor je suppose qu'elle n'avait pas vraiment le choix, prendre à la légère Marie-Cruz était une mauvaise idée, la protégée de Witchwood n'était pas n'importe qui. C'était une Brujah pour qui la politique importait peu mais qui défendait avec ardeur ces proches, pour l'énerver à ce point la situation devait être extrême. J'accepta donc en priant pour que Witchwood n'intervienne pas, mission du prince ou pas si la vie de sa protégée était en jeu et qu'il pouvait se débarrasser de nous avec discrétion il le ferait sans problème...


Je la rejoignis donc et s'ensuivit un jeu de piste, vu l'absence des corps de la meute j'en déduisis que nous allions vers le conflit. Je la suivis de prés, jusqu'à ce qu'elle reçut un coup de téléphone de Witchwood disant qu'il était prêt à trouver un arrangement. Et voilà ce fut fun,  mais quand un ancien comme lui te convoque sur le champ tu n'as pas beaucoup d'option.

The Hour est un bar très authentique... Mais nous étions attendu et nous allâmes directement dans le bureau de Witchwood, j'étais convaincu que avec l'appui de celui-ci une issue était envisageable. Le franc parler de Witchwood était teinté d'une pointe d'impatience, il la félicita d'avoir des couilles ce qui sembla la choqué ( ma foi pour un Tzimisce cette métaphore n'avait aucun sens), puis il demanda à Yoruko de rendre tous les corps de la meute. Je sais que ne pas tuer un membre de la meute peut être une approche discrète mais là en garder autant était assez suspicieux. Mais ce qui empira la chose est qu'elle refusa le deal de Witchwood, un silence pesant suivit cette affirmation. La porte était fermée et même si elle ne l'était pas il était fort probable que nous ne nous en sortions pas si il partait en frénésie, de plus je doute que nous étions protégé par la loi vampirique lorsque tous les témoins étaient des anarch. Il sembla garder son calme, mais la tension était palpable. La situation était trés ironique et aurait pu avoir peu de répercussions si des raisons personnels n'étaient pas en jeu.

En matière de sentiment le manque de logique est la meilleure preuve de sincérité et j'avait devant moi en ce moment deux brasiers de volonté. Néanmoins cela tourna court car le discours  politique de Yoruko mit un terme à la discussion, il nous renvoya promptement. Une fois dehors je me repris un peu et essaya de tempérer Yoruko en lui rappelant que la vie de Reiner était en jeu et que si Witchwood était là depuis des siécle ce n'était pas pour rien. Elle m'écouta mais il n'accepta même pas de nous revoir. On ne pouvait plus grand chose maintenant, les dés étaient jetés.


Une semaine passa, mon projet de femme plante fut un succès et je fus heureux d'apprendre qu'une serre avait été construite pour ma patiente. Elle était magnifique, sa peau légèrement verdâtre,sa chevelure de feuille, cette fleur sortant de son orbite. Elle ne portait pas sa beauté, elle l'était tout simplement. J'étais content du résultat, de plus Reiner était sain et sauf donc cette histoire se termina sans grand mal. Néanmoins Marie-Cruz fut tué ce qui entraîna le bannissement de Yoruko du domaine anarch. Je n'étais pas banni mais mieux valait éviter d'énerver Witchwood en traînant dans son repaire.


Notre départ pour l'Italie était proche et il était temps de planifier ce que nous allions faire. Il fallut un peu de temps mais nous convenions que le meilleur moment pour tenter le vol était pendant la réception. Il suffisait de trouver un moment opportun pour partir après la cérémonie puis passer dans les sous terrains pour entrer dans les catacombes. Une fois cela fait nous partîmes chacun de notre coté pour trouver un cadeau adéquat à la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Jeu 24 Nov - 20:42

Une semaine passa, mon projet de femme plante fut un succès et je fus heureux d'apprendre qu'une serre avait été construite pour ma patiente. Elle était magnifique, sa peau légèrement verdâtre, sa chevelure de feuille, cette fleur sortant de son orbite. Elle ne portait pas sa beauté, elle l'était tout simplement. J'étais content du résultat de plus Reiner était sain et sauf donc cette histoire se termina sans grand mal. Néanmoins Marie-Cruz fut tué ce qui entraîna le bannissement de Yoruko du domaine anarch. Je n'étais pas banni mais mieux valait éviter d'énerver Witchwood en traînant dans son repaire.


Notre départ pour l'Italie était proche et il était temps de planifier ce que nous allions faire. Il fallut un peu de temps mais nous convenions que le meilleur moment pour tenter le vol était pendant la réception. Il suffisait de trouver un moment opportun pour partir après la cérémonie puis passer dans les sous terrains pour entrer dans les catacombes. Une fois cela fait nous partîmes chacun de notre coté pour trouver un cadeau adéquat à la situation.
Yoruko me prit à partit et m'expliqua son identité secrète, Erika pianiste masquée, ce nom me disait quelque chose et ne m'était pas inconnue, récemment il était populaire dans certains elyseum. Je fus donc assez surpris d'apprendre cela et encore plus quand elle me demanda de faire un clone d'elle afin de garder son anonymat pendant le concert. Je ne pus retenir un léger sourire à la demande, la vicissitude cet outil dégouttant d’après les Elyseum ne semblait pas la freiner. Néanmoins lorsque je l'ausculta  pour pouvoir créer un double parfait je vis que je mis à mal son problème d'intimité. Le contact la mettait mal à l'aise et  je ne pus m’empêcher de jouer sur cela. Néanmoins je mis un terme à ceci car au bout d'un moment toute cette retenue me donna le cafard. Mes mesures en têtes je partis m'isoler avec cette humaine qui ne semblait pas dominer mais qui était partante pour cela. Après quelques temps mon travail était fini et j'était plutôt content de celui-ci, bon évidemment je n'ai pas pu gommer quelques défauts mais peut être une prochaine fois sur le sujet principal.


Quand à moi je repris l'idée de Piottre, ce torse avec cette double voix était fascinant. Evidemment l'éstéthique de la chose était à revoir mais la problématique principal était le temps. Il allait falloir que je finisse le travail sur place en Italie en espérant que je ne me trompa pas. Un petit coup de téléphone à Cecilia et je trouva ce qu'il me fallait, une chanteuse ratée amatrice de pop. Crystal (un nom de scéne ironique?) était ce qu'on appelait la caricature de l'american dream, provincial, cherchant la renommée, mais n'ayant aucun talent pour y arriver et qui se confronta à la douloureuse réalité de la vie. Elle était niaise au possible mais ce genre de défi est ma raison de vivre, tel Faust je lui proposa un contrat, le potentiel de devenir célèbre contre une obéissance totale. Elle accepta et je lui donna rendez vous à l'aéroport le lendemain.



Le lendemain Yoruko me contacta (encore ?) pour aider un dénommé Damian à retrouver ces avants bras. L'homme avait l'air choqué, on sentait que sa découverte du monde des ténèbres a été douloureuse. Néanmoins lorsque je lui expliqua ce que j'étais et ce que j'allais faire il démontra une grande curiosité me demandant même certains ajustements. Devant la preuve de sa propre faiblesse il y a deux types de comportements, ceux qui s'enfuient et ceux qui s'améliorent, lui semblait faire partie de la deusiéme catégorie. Certes il était encore loin de la puissance d'un vampire mais son aura était fascinante. Mozart m'accompagna pour l'opération, la greffe se passa sans problème et j'en profita pour glisser une petite lame d'os rétractable ainsi qu'un épaississement de certains muscles. Une fois fini je ne pus m’empêcher de lui verser un peu de sang, je n'avais aucun projet en tête en faisant sa mais bon on ne sait jamais.

Aprés ceci je passa un coup de fil à Eve Sullivan qui me donna un coup de main pour la sécurité de ma galerie et qui est une femme délicieuse. En plus d'avoir un humour ravageur c'est une hackeuse confirmée ayant accès à des informations confidentiels. Elle m'envoya acheter un "smartphone", la technologie évolue beaucoup trop vite peut être devrais je me mettre à la page, et me permit grâce à des "applications" de pouvoir contourner certaines défenses ainsi que de supprimer les bandes vidéos. Tout sa à charge de revanche évidemment mais j'étais prêt à partir.


Notre petite coterie se présenta à l'aéroport où Finley nous avait préparé un avion de qualité, je laissa rapidement la logistique à Anselm et Luna. Je croisa rapidement la goule de Yoruko, Frank qui sembla ne pas paraître insensible à notre frenchie ténébreux. Reiner et Victor semblaient voyager seul, j'avais appris qu'une goule de Reiner était morte dans l'incident sabbat mais je n'avais jamais rencontrée celles de Victor.  
Mr.Everett ne se moqua pas de nous l'avion était luxueux, la maison à l'arrivée était préparée. Cela me permit de finir la transformation de Crystal qui fut un succés néanmoins je sur estima sa docilité, je n'avais pas pris en compte l'étrangeté de mon groupe. Yoruko se montra à elle avec un masque étrange, Victor la menaça pour qu'elle se taise et Reiner fit du Reiner.... Je dus passer un certain temps pour la calmer et lui expliquer que c'était la chance de sa vie. Bon je ne précisa pas qu'elle allait être offerte en cadeau mais avec ce que je lui ai donné si elle cessait d'être stupide un moment elle avait une chance de s'en sortir. Je ne suis pas Dieu, je ne crée pas la perfection, je crée le potentiel, j'attise l'étincelle des probabilités. Faire quelque chose et en voir l'issue certaine est d'un banal et d'un ennui affligeant.
Hormis un épisode fâcheux, où nous fumes prisonniers dans la glace durant une mission d'exploration du canal souterrain, les 2 jours avant la soirée se passèrent très bien. Il était temps de se préparé pour celle-ci, accompagné de Crystal dont la mission était de se taire tant qu'on lui demande rien, je mis mon plus beau costume et partit au manoir. La nuit allait être longue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Sam 26 Nov - 15:39

La soirée fut délicieuse et remplit ces promesses. Yoruko nous fit un magnifique concert puis je discutai avec Io Fidiosa ,une sethite de Barcelone, qui avait la fraîcheur de ne pas être réfractaire à l'idée de progrès dans la société vampirique et qui me donna un objet attestant que j'ai été jugé digne d'un minimum de confiance par une personne du clan.

J'avais placé la broche de Kells en évidence car un invité décrit comme érudit hongrois (ce qui est assez étrange en soi) ressemblait étrangement à la description physique du Demiurge. La probabilité pour qu'il soit celui-ci était infime mais mon instinct me dicta de faire cela. J'eus un résultat mais pas celui que j’espérais.

Myca Vykos s'approcha de moi,  j'avais espéré ne pas retenir son attention malheureusement ce ne fut pas le cas. Il s'approcha, m'indiqua que cet objet n'était qu'une preuve de ma faiblesse, je lui répondis que mon éducation n'était pas finie et il repartit. Une discussion ma foi très Tzimisce qui me rappela mon temps parmi les miens, et qui me rappela pourquoi j'étais parti. Sa réputation n'était pas usurpée, c'était un vampire dangereux et beaucoup trop conscient de lui même.
La cérémonie commença vers minuit et fut très théâtralisé, on ne put ne pas percevoir la jalousie de certaines personnes de la famille. Depuis la mort de la femme de Luigi Giovanni une lutte de pouvoir se livrait et l’annonce de ce nouvel infant fit jaser. Après ceci était venu le temps de la remise des cadeaux, Crystal attendait sous l'emprise d'une domination à être offerte à la jeune femme. C'est toujours émouvant de voir ses créations voler de leur propres ailes. Sa voix fit un petit effet parmi les convives et j'aperçu Vykos lever un sourcil, la nouvel infante sembla prendre le cadeau avec plaisir.


Après quelques discussions pour jouer le jeu il était temps de partir pour passer à la phase 2 de la nuit. Nous rejoignîmes Victor qui avait regardé la soirée depuis mon portable et qui semblait satisfait de ne pas être venu. Le canal nous mena directement aux catacombes et grâce à Reiner les fantômes ne furent pas un problème. La tension de voler sa propre famille sembla resurgir quand certains objets furent pris par le groupe, il bouda, menaça et je dus user de patience pour le remettre en route. Après quelques temps nous croisâmes un vieux français complètement gâteux qui nous mena aux pierres, celles ci étaient enchâssées chacune dans un vampire complètement difforme et corrompu. Le gâteux semblait travailler depuis des siècles sur ces pierres, donc nous prîmes l'initiative de piller sa bibliothèque en prenant un maximum de documents au hasard car le temps pressait.

J'étais pour tuer le seul témoin de notre effraction mais le reste n'était pas d'accord, Victor était la seule personne qui a été vu par lui donc c'est son problème. Mais cela restait une preuve de notre effraction qui ressortira surement un jour. La fuite ne posa aucun souci, sans attente nos affaires avaient été préparé pour partir le plus vite possible et nous primes l'avion pour retourner à New York.

Les documents volés n'étaient pas ce que j’espérais mais été tout autant important et dangereux. Une liste de contrat assamite dont le client était la famille Giovanni, une dizaine de noms étaient présent la plupart inconnu mais celui qui me fit tilter fut celui de Witchwood. Ce qui était étrange était que cet assassinat ne devait être fait qu’après la destitution de la primogène ventrue. Je m'attendais à beaucoup de choses pendant cette mission mais pas à la découverte d'un complot, je pesai le pour et le contre et décidai de montrer à Victor ce contrat. Je savais qu'il était proche de l'ancien Gangrel et il me semblait logique qu'il soit au courant de ceci. Néanmoins j'aurais du être plus clairvoyant dans le système de pensée anarch et me douter qu'il ferait passer l'information au reste du groupe.


Reiner prit la chose assez mal et voulut me les prendre pour les détruire malheureusement ce n'était pas rien et la destruction de preuves était bien trop définitive pour moi. Je lui expliquai que mes mains étaient liées car ce genre d'information avait des répercussions bien plus grandes que le simple meurtre. Moi même je n'avais aucune idée de la portée de celle-ci, je pris donc conseil avec Feodor lui demandant ce qu'il fallait faire et il me laissa le choix. Il me mettait donc au test, même après 20 ans je ne savais presque rien sur lui et ces ambitions.  Mais là nous en savions trop peu pour simplement le détruire même si je savais que Reiner allait mal le prendre je n'avais pas le choix.

Je lui annonçai que ces papiers étaient maintenant sous ma protection et il réagit comme il sait si bien le faire. Notre dispute dura un certain temps sous le regard des deux autres qui semblaient attendre avec un certain plaisir une confrontation physique. J'étais prêt et je ne lâchai rien si ce n'est que si un jour j'utilisais les papiers je le préviendrai. Nous partîmes en froid et je rejoignis Luna et Anselm dans mon nouvel appartement. Celui-ci était plus petit mais il contenait une salle sans fenêtre pour mes loisirs. Je rangeai avec soin les papiers et me préparai pour le débriefing avec Everett.


Nous croisâmes le jeune Vaudert à l'entrée du lieu de rendez vous qui semblait sortir en trombe avec un air mécontent. Donc Everett avait des connections à la préfecture cela ne m'étonnait pas mais c'était toujours bon de savoir avec qui. Il nous accueilli avec comme apéritif de la vitae d'un vampire allongé juste à coté,  son air ne me disait rien et j'acceptai avec plaisir la boisson. Everett nous félicita, nous complimenta et nous offrit notre récompense. Il m'offrit un artefact aux propriétés aussi bien dangereuses que merveilleuses, la possibilité d'échanger de corps. Avec ceci une infinité de possibilités était permise pour celui qui était assez fou et ça tombait bien je n'avais aucune limite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Jeu 1 Déc - 21:29




Après coup en y repensant ce que j'ai fait été très dangereux néanmoins la possibilité de revoir le soleil fut une idée fixe quand je rentra chez moi. Je pris à parti Luna et nous échangames de corps peu avant le lever du soleil je lui expliqua brièvement ce qui allait se passer puis je fis fonctionner l'artefact. Toutes ces sensations oubliées lorsque l'on devient vampire fusa en moi, le corps souple de ma goule était trés "vivant" puis un moment étrange arriva lorsque je pris conscience du lien de sang avec moi même. Le narcissisme poussé à l’extrême, j'étais en adoration avec la personne devant moi. C'était mon corps mais mon esprit n'était plus dedans et une toute petite partie de moi criait au danger mais fut vite balayé par un amour total et un désir physique omniprésent. Luna s'approcha de moi et utilisa mes pouvoirs pour modifier son visage, la situation était très étrange...


Une fois "Luna vampire" en torpeur je sortis sous le regard incrédule d'Anselm celui-ci me posa des questions mais je sortis en le laissant dans le doute. Il me fallut 45 min pour sortir dehors mais une fois la porte passée c'est comme si je sortais la tete de l'eau. Les odeurs, les sensations et la chaleur du soleil imprégnait mes sens de souvenirs oubliés. Nous oublions tellement de chose dans cette non vie, une idée subite de partir et de ne plus jamais revenir vint à moi, si je n'avais pas eu le lien de sang je n'aurais peut être pas pu repousser l'idée. Je me baladais dans les rues de New York, libre et sans y réfléchir je me retrouva devant mon domaine et ma galerie. Je jeta un coup d'oeil rapide aux œuvres affichées et ne pus retenir un juron, De la Tour était d'un conformisme et d'une platitude hors norme. De rage je pris un pavé et le jeta à la vitrine puis partit en courant, après une longue course ma poitrine semblait brûler l'inconvénient d’être en vie je suppose.

Le reste de ma journée fut placer sous le signe du désir, je passa celle-ci à vouloir offrir un présent à mon corps vampirique. Je rencontra un calice qui sembla me faire beaucoup trop d'effet pour ce qu'il était puis l'invita chez moi en soirée pour un casse croûte. Je voulais rentrer avant que Luna se réveille et me remis en route chez moi, Anselm m'ouvrit en colère ne comprenant pas ce qu'il se passait et encore une fois je ne pus résisté à son charme. J'aime en temps normal ne jamais bouder mon plaisir mais même pour moi tout ceci était beaucoup trop prenant. Je réussi à me faufiler dans ma chambre prendre le collier et enfin reprendre ma place dans mon corps. A mon levée Luna et Anselm était en discussion qui s’arrêta net lorsque j'apparu, la première me regarda avec une certaine appréhension au vu de son comportement avec moi mais je la rassura rapidement en félicitant son travail sur son visage. Pour une première fois c'était très acceptable même si le style était très personnel...


Des coups à la porte annonçaient mon repas, j'avais une certaine revanche à prendre. Je le fis entrer et dans sa méprise il essaya de se rapprocher de Luna celle-ci lui fit une clé de bras et je mis fin au jeu en le réduisant au silence. Et lorsque je voulu y goûter une forme apparut dans ma vision, une nosferatu était tranquillement assise dans mon salon et était entrain de me regarder. Je la reconnu rapidement, elle m'avait déjà suivi une fois dans une boite de nuit et en notant que je l'avais remarquée elle s'enfuyat. Mais là cela devenait trés génant, je fis une menace implicite et me lança dans un long monologue racontant comment avec l'aide de la primogéne nosfé j'allais me débarrasser des petits fouinards. Se sachant découverte elle se montra puis me parla pendant un long moment de la raison de son espionnage et il me fallut toute ma maîtrise de moi pour m’empêcher de la tuer sur place. Cela faisait 2 ans qu'elle me suivait partout, qu'elle avait vu tous ce que je faisais dont des choses évidemment interdites. J'étais donc potentiellement un homme mort mais elle m'expliqua qu'ensuite qu'elle faisait sa par admiration, qu'elle avait des sentiments fort pour moi. Tout n'était donc pas perdu si je contrôlais les dégâts, je fis donc ce que l'on attendait de moi et me montra charmant. Nous discutâmes de certains sujet et j'appris son nom : Souriciére. Elle mentionna son travail à la préfecture (great...), ses loisirs, et sur le même ton m'annonça qu'elle avait capturé un vampire qui s'était introduit chez moi il y a plusieurs semaines et l'avait stocké dans un placard chez elle.

Il me fallut un moment avant de comprendre le sens de sa phrase puis un autre pour lier sa à mon mystérieux chasseur qui m'avait étrangement laisser en paix. Je répondis intelligemment à cela avec des onomatopées et continua dans cette nuit folle en l'invitant à diner le lendemain. Elle accepta avec plaisir et je la reconduisis dehors car il me fallait réfléchir à tout ceci.

Mettre son destin dans les mains de quelqu'un d'autre était très étranger pour moi, la solution la plus radicale était que je m'en débarrasse mais au vu de mon dernier procès tuer un membre de la préfecture ne m'apparaissait pas comme une bonne idée. . Et en plus ma foi elle semblait s'y connaitre en animalisme peut être pourra t'elle m'aider dans mon projet de supergoule.


Elle arriva avec une bouteille aussi chère que bonne et la soirée se poursuivit dans une ambiance conviviale, Luna et Anselm étaient sceptiques et un peu jaloux mais ils surent se tenir. La discussion repartit vers le vampire dans son placard et elle me proposa d'aller le voir. J'accepta par curiosité vis à vis de mon chasseur et décida de la suivre dans son repaire. Elle s'était aménagé un entrepôt et une grande salle en sous sol où de nombreux appareils informatique étaient entreposé. Elle me fit la visite puis s’arrêta devant un placard et l'ouvrit, dedans était un vampire pieuté qui pouvait donc surement nous entendre. Son esprit devait avoir souffert de cet emprisonnement peut être était se le temps d’expérimenter un sujet tabou chez les camaristes ( en public en tout cas). Après tout comment refuser un si beau cadeau...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Mar 13 Déc - 10:50

J'avais déjà bu de la vitae mais cela n'avait rien à voir. Son âme était aspiré en même temps et j'étais connecté à lui d'une manière unique. Je sentais sa lutte mais rien ne pouvait m’arrêter et lorsqu'il sentit venir sa fin une vague de plaisir intense traversa mon corps. Pendant un instant celui-ci était omniprésent à travers mes sens, je sentis la vitae parcourir mon corps telle des arcs d'énergies. Je pris son savoir,sa mémoire, nous ne faisions plus qu'un et j'avais gagné. Une discipline que je ne connaissais que dans les livres m'était ouverte celle des salubris. Avant je ne pouvais diagnostiquer que par ma vue maintenant en touchant quelqu'un, son corps s'ouvrait à moi tel un livre. Fascinant.


Souriciére avait assisté à la scène et dans son regard je vis une satisfaction intense. Elle me félicita et me raccompagna chez moi. Elle était problématique, trop admirative pour me laisser seule et pas assez bête pour être manipuler. Mais bon nous avions dépassé le point de non retour et j'étais très partagé par tout sa. Une partie de moi était curieux de voir comment allait se finir tout cela, une autre était fasciné par toute cette passion et une petite partie me commanda de la tuer. Comme une toupie elle était hypnotisante mais je savais qu'un jour cella cesserai, so far so good.

J'avais délaissé l'animalisme dans mes études mais mes discussions avec la nosferatu avaient su m'intriguer. Décidant de mettre en pratique la théorie je commença une discussion avec Ujasvasnie qui jusque là ne m'avait jamais vraiment intéressé. Il m'avait été offert lors de ma cérémonie de naissance et malgré son nom il m'avait semblé être un chat quelconque. Néanmoins lorsque j'entra en contact avec lui je décela une intelligence vive et un véritable mental de prédateur. Je lui demanda si il avait besoin de quelque chose et sa réponse fut particulière, il demandait un être afin de jouer avec lui, de se nourrir de sa peur, un enfant. Cela m'intrigua et j'accepta avec grâce aprés tout que pouvait il se passer.
Le quartier résidentielle était ma meilleure option pour le kidnapping, il me fallut un long moment avant de trouver une maison avec un seul enfant ( foutu cathos) mais après une heure je vis ma cible. Chambre à l'étage, seul, bingo. Une escalade plus tard, je le choppa et l’empêcha de faire du bruit en cousant ces lèvres entre elles. Dans la voiture et direction le crématoire, j'aménagea une salle pour mon chat et le gosse et les laissèrent faire connaissance. Le cri en partant m'indiqua qu'un lien c'était déjà créé, ha les gosses.
.
Le lendemain fut une longue suite d'événements, Camilla m'avait invité en début de soirée pour discuter de notre dernière rencontre. Le problème étant déjà résolu j'avais complètement omis de retourner vers elle pour la tenir au courant. Ne voulant pas parler de ce que j'avais trouvé la discussion fut concise et je sus parfaitement que cela ne serait pas sans répercussion.

Ensuite Victor m'appela, il avait besoin de moi pour interroger sa goule. Le meurtre d'un membre de son troupeau l'avait mis en stress et je n'avais aucune raison de refuser de l'aider. Mais je devais d'abord passer nourrir le gosse, je me doutais que mon chat ne voulait pas jouer avec un truc mort. Je revins donc au crématoire et descendis vers la salle, la piéce était dans le noir mais je sentis l'aura du chat se baladant et l'enfant prostré dans un coin en état de choc. L'animal semblait content et n'avait besoin de rien d'autre donc je repartis vers le domaine de Victor.

C'était la première fois que je venais chez lui, il m'accueillit avec une certaine tension dans le visage. Il m'expliqua que je devais l'aider à interroger sa goule qui agissait étrangement depuis un certain temps. Nous devions attendre son retour mais les heures filèrent sans jamais de nouvelles, Victor n'avait pas la parole facile et sa bibliothèque contenait surtout des traités anarchistes et d'histoire humaine donc pas besoin de vous décrire que se temps passa très lentement pour moi. Mais voila le jour arrivait et je devais rentrer, on remit donc cela à plus tard.


Le lendemain je repartis au crématorium pour en voir où en était Ujasvasnie, l'enfant était prostré au fond de la salle sa volonté brisé. Me rapprochant pour savoir si il était en vie j'entendis la voix de mon familier me parlant, celle-ci était beaucoup plus grave que dans mon souvenir. Et en améliorant mes sens je vis qu'effectivement le chat était passé à une taille supérieure à un tigre, les éléments animales qui le composaient étaient devenu plus meurtrier et qu'il avait pour langue une série de serpents. Il se rapprocha de moi et mon instinct me disait que j'étais devenu une proie, sachant qu'il se nourrissait de la peur je garda mon sang froid et essaya une approche commerciale de la chose. Malheureusement je semblais bien trop délicieux pour m'en tirer aussi facilement, la porte était ouverte encore si le combat se passait mal je pouvais toujours m'enfuir.

J'attendis donc qu'il se rapprocha de moi et je le poignarda avec la dent de lilith, l'effet fut instantané il lâcha un cri mais au lieu d’être blessé il semblait encore évoluer, s'agrandir comme si il se nourrissait de sa propre peur. Le scolopendre à sa queue me mordit violemment à la base de la nuque, je n'avais pas le choix ne sachant pas comment combattre cette  chose il me fallait effectuer une retraite. J activa mon couteau et me téléporta vers la sortie, je courus jusqu'à voir que les escaliers étaient complètement bouchés par une toile d'araignée géante. J'essaya de me tailler un chemin à travers mais je ne réussis qu'à me faire piéger dedans, j'avais beau me débattre impossible de sortir et je le sentais arrivé. Alors que tout semblait perdu, une voix familière m’interpella. Je ne l'avais entendu que dans mes rêves mais c'était bien elle Kupala, elle me demanda si j'étais prêt à l'accepter. Pouvait elle me sauvé? Oui. Bien, aucune hésitation alors. Des flammes surgirent de mon corps, celles-ci n'étaient pas douloureuse au contraire, elles étaient apaisantes,chaleureuse mais pourtant elles semblaient faire peur à Ujasvasnie. Il recula, semblant vouloir fuir, je n'avais aucune peur, il n'avait aucune emprise sur moi. Je pris mon couteau et me téléporta sur lui et je l'incinéra dans mon étreinte de flammes jusqu'à ce qu'il ne resta plus que cendres.

A peine ai je pu retrouver mon souffle qu'une jeune femme rousse nue apparut dans la pièce, Kupala était comme dans mes rêves, magnifique, avec un regard enivrant. Elle s'approcha de moi me demandant si je l'acceptais, comment aurais je pus refuser... Et après un sourire me fis un baisé de feu embrasant mon âme, puis me fit goutter son sein. De celui c'était écoulé une perle nacré qui embrasa mon corps, un brasier parcourut mes veines et je tombas dans l'inconscience avec comme dernière image le visage de ma muse me souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Sam 14 Jan - 16:46



Je me réveilla nu, j'avais mal au crane et faim. D'habitude se nourrir sur un enfant ne me plaisaitt guère mais c'était tout ce qu'il y avait à portée. Je lui donna la paix et commença à guérir mes blessures, mon corps me semblait bizarre sur le moment mais je mis sa sous le choc de la nuit. De la bête il ne restait rien si ce n'est une pierre d'un violet sombre, il me faudra l'étudier plus tard. Je vis l'heure et me souvint que j'étais censé aller voir Reiner, après tout sa je n'en avais aucune envie mais bon autant éviter ses rouspétements acariâtres à cause de mon absence.

Je me changea puis me mis en route vers l'université, je fus accueilli par lui même et il m’entraîna rapidement à son salon pour m'expliquer sa demande. Je devais changer un visage,ok, être discret à propos de sa, ok, et donc pour cela je devais me laisser me faire dominer... Cet excentrique est dément, je l'écouta poliment puis lui annonça avec toute ma maîtrise que ce genre de service n'était pas disponible, je veux bien m'ouvrir aux autres mais le seul qui pourra modifier mon corps ou ma psyché est évidemment moi même.
Il parut déçu, mais enchaîna sur une discussion plus cordiale sur la situation actuelle . Encore une fois la nuit fut éprouvante, je mis donc fin le plus rapidement possible à ce bavardage sachant que Reiner essayait d'être sociable par politesse. Ma blessure était plus importante que prévu, il me fallait de nouveau chasser.

Je trouva rapidement une jeune femme qui m'invita chez elle et qui me fit un accord étrange. Si je tuais la réelle propriétaire de l'appartement je pouvais conserver les œuvres lui appartenant. Autant joindre l'utile à l'agréable, je me nourris rapidement sur ma cible qui dormait puis essayât de me débarrasser du corps comme d'habitude. Mais rien ne marchait, je compris rapidement que j'avais obtenu certaines chose mais que j'en avait perdu d'autre. La salope, je crois que ce fut ma dernière pensée consciente avant que ma Bête prit le contrôle. Je repris connaissance dans un couloir, l'immeuble en flamme, alors que j'aurais dut être paniqué seule, je sus instinctivement que ces flammes étaient inoffensives. Je sentais la chaleur de celles-ci, leurs proximités mais aucune douleur ou mal être. Néanmoins l'immeuble risquait de s'effondrer, je devais donc sortir vite. Je pris la sortie arrière et dans la fraîcheur de la nuit je nota que j'étais nu. Avec mes nouveaux pouvoirs j'essaya de dominer un ambulancier pour qu'il me donna ces vêtements sans succès, un certain ajustement était nécessaire. Sans lui donner l'occasion de comprendre je pris rapidement son pantalon et m'enfuit chez moi. La nuit a été bien trop longue...
Le lendemain je me réveilla mal à l'aise, mon corps avait régressé à ce qu'il était avant mes modifications. La perte de la Vicissitude était pour moi dramatique, je fais partie d'une famille où tout tourne autour de celle-ci. Elle était ce qui me différenciait des autres, un véritable outil pour comprendre et faire apparaître l'essence même des gens. Mais maintenant ce don avait été brûlé et il semblerait que mon destin ait prit une autre route. Si je n'avais pas fait cela je serai mort et ça ce n'était pas possible, pas maintenant, trop tôt...


Alors que je ruminais les conséquences je me rappela que la nuit argenté était ce soir et qu'un peu de divertissement ne me ferait pas de mal. J'avais eu cette information grâce à Cecilia, celle ci était dans une rage monstrueuse depuis qu'on lui a retiré l’enquête. Je n'aimerais pas être à la place de Victor, Cecilia est une femme de passion sous son masque de politesse et de politique. Je l'avais aidé un peu dans toute cette affaire, c'est pourquoi elle m'avait donné cette information. Les deux étaient en conflit ouvert et vu leurs personnalités respective tout cela risquait de ne devenir qu'une escalade de colère. Bien que mes liens avec la coterie se renforçaient au fil du temps j'avais bien peur de savoir, qui je choisirai entre Victor et Cecilia.

C'est sur cette pensée que je partis rejoindre Yoruko pour la nuit argentée, la raison officieuse de notre présence était d’enquêter sur la main d'argent mais ce soir j'étais d'humeur à vider mon esprit. Elle était très élégante comme d'habitude mais encore une fois je vis qu'elle était aussi à l'aise qu'un poisson hors de l'eau, ce genre de soirée n'était pas trop son fort. En plus de nous se trouvait le gratin des soirées de New York, les ventru étaient en force ce soir, quelques tètes inconnus et du coin de l’œil j'aperçu De la Tour. N'ayant aucune envie d'interagir avec ce chien je me dirigea vers les petites alcôves où régnait les plaisirs de la chair. Je fis mon choix sur un bel homme, jeune, intimidé et je l'emmena dans une chambre. Nous fîmes l'amour, je lui fit dire ses secrets, ses envies et ma foi nous avions la un véritable prédateur refoulé par une éducation stricte. Avec l'aide de ma Domination je brisa ses barrières et détruisit son inhibition, c'était du gâchis de cacher sa véritable identité à cause d'un code moral biaisé et impersonnel. En partant je fus satisfait en voyant une nouvelle lueur dans son regard. Après ce petit en cas je visita un peu le lieu de la réception, quelques salons de musiques, de peinture et aucune Yoruko en vue. Je n'étais pas son chaperon et lui fis confiance dans sa démarche qu'elle que soit celle-ci. En continuant je vis un peu en dehors , Hirst et De la Tour en pleine discussion mouvementé et décida de m'approcher pour capter celle-ci. Je ne pus réprimer un sourire, le chien se faisait dresser par son maître,le fait de donner son petit cul n'était pas suffisant pour faire de lui un vip.  Il repartit donc à l'intérieur les oreilles baissées et je ne pus m’empêcher de chercher son regard pour lui faire un clin d'oeil malicieux. Il savait que j'avais entendu la scène mais essaya de garder sa superbe en partant dans une direction opposé. Le coin VIP était à l'étage, seul ceux ayant une invitation pouvait monter. Yoruko en avait une donc encore une fois je lui laissa faire le sale boulot pendant que je pris mes aises avec les invités. Je discuta rapidement avec un nosferatu du nom de Trevor Shade, l'assistant de la primogéne avec qui j'ai déjà eu affaire, pour pouvoir obtenir à Victor une entrée dans le clan des secrets. Celui-ci semblait comme nous être la pour enquêter sur le coin Vip de cette fête, ce qui montrait que ce secret était bien gardé vu qu' il n'était pas encore connu des Nosfe.
La soirée touchait à sa fin, Yoruko avait du s'esquiver le plus tôt possible je repartis donc dans mon domaine. Il était temps de se pencher sur ce qui m'était arrivé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Jeu 26 Jan - 16:44

Le schisme Tzimisce a été un événement tabou durant mon éducation et les textes à ma disposition étaient superflus ainsi que peu explicites. Je n'avais donc pas le choix, il me fallait discuter avec Kupala afin de comprendre ce que j'étais devenu. Depuis l'incident je la sens proche, telle un murmure dans le vent ou dans le crépitement des flammes, mais le lien était bien trop ténu pour communiquer. La méditation d’après les écrits semblait être un moyen pour entrer en contact et c'est ce que je fis. Il me fallut un certain temps mais je la vis enfin, les cheveux flamboyants cachant à peine sa nudité et ce regard qui semblait lire mon âme. Kupala me désigna comme son enfant, m’appelant à tracer mon propre destin qu'elle surveillera de prés. Je lui demanda la raison pour laquelle je ne pouvais plus effectuer mon art, sans lui je n'étais rien. Sa réponse fut intransigeante, la vicissitude était les chaines de l'esclavage des tzimisces, ce don était maudit et elle n'avait d'autre choix que de me le brûler. Elle renouvela son amour pour moi et repartit, m'adressant des conseils de prudence. Elle fut comme Prométhéé , laissant ce cadeau lumineux et brûlant en moi, et je ne pus que le regarder avec appréhension et espoir.


Le lendemain nous avions rendez-vous chez Reiner pour discuter du comte Zaroff et de la main argentée mais le principal intéressé Victor ne vint pas. Surement trop occupé il n'avait pas eu le loisir de nous informer de son absence. Ne pouvant discuter du sujet sans lui nous fîmes un brin de causette, Reiner nous affirma qu'il n'avait plus de dettes et que tout ces problèmes étaient réglés. Une résolution de dette n'est jamais sans conséquence mais je ne voulais pas gâcher son moral et ne lui expliqua pas la chose. Quand à Yoruko celle-ci avait donné son corps pour la mission et eut en récompense un lien de sang avec Hirst qui semblait être une figure de ces fêtes. La scène avec De la Tour était elle liée?  Sans Victor il ne nous restait plus qu' à rentrer, une certaine pierre nécessitait mon attention.

Je n'ai jamais su qui m'a offert ce "chat", un cadeau pouvant tuer son destinataire est trés Tzimisce. Vu sa nature il ne doit pas être complètement détruit mais en tout cas il est banni de ce plan pendant un certain temps. La pierre qu'il a laissé était quelque chose que je n'avais jamais vu, dans mon étude de celle-ci je fis l'erreur d'utiliser la psychométrie dessus. Au lieu d'un flash d'information j'eus la mauvaise surprise d'être transporté dans un autre plan. Le vide régnait à perte de vue, j'étais seul et je fus balayé par une vague de peur. Voyager entre les plans est une chose risquée et de nombreuses personnes ne sont jamais revenues, il fallait que je trouve un moyen de revenir à tout prix. Par ma seule volonté je revins dans mon étude mais mon esprit était brumeux, était ce vraiment mon monde? La pierre était encore dans ma main, par peur mes nouveaux pouvoirs se mirent en action et celle-ci commença à brûler dans ma main.Mais malgré la chaleur intense celle-ci n'était pas détruite, sa résistance était troublante.

Je cherchai mes goules mais en les trouvant je ne pus voir leur aura, c'est un art qui n'est jamais parfait mais il fallait absolument que j'obtienne une réponse. Au même moment Souricière entra et ne put cacher son inquiétude en me voyant, elle s'assit en face de moi et commença une discussion sur Victor mais j'eus bien du mal à me concentrer sur ces mots. Mon aura était en train d'englober la vampire, rien n'avait de sens et mes pouvoirs semblaient erratiques, sans compter cette migraine. Rapidement et sous les regards inquiets de mes compagnons je pris congé et commençai à m'engouffrer dans les rues de New York. Les ombres étaient plus inquiétantes, un brouillard semblait recouvrir la ville, j'avançai et mes craintes ne semblaient pas s’estomper. Sans cette affaire avec Victor je serais allé voir Cecilia mais notre relation étais devenue un peu tendue à cause de ce bazar et sans vraiment savoir pourquoi j'appelai Yoruko à la place. Celle-ci me reçut et essaya de me calmer mais il me fallut un moment avant d'avoir la certitude que j'étais bien sur mon plan, je lui partageai les informations de Souriciére pour cacher mon désarroi après cette scène. Il était temps de se reprendre et d'aller voir si je ne pouvais pas trouver des réponses dans la bibliothèque de Reiner.

Je fus reçu par ce qui semblait être la nouvelle goule de Reiner, Duscheza une femme visiblement de l'est vu son accent qui m'amena devant celui-ci. Je lui expliqua la situation et une lueur d’intérêt se vit sur son visage, il prit un moment pour chercher puis me sortit d'un de ces livres que cela pouvait être une pierre créé par la nécromancie. Je vis le regard circonspect de la goule passé entre moi et Reiner, presque réprobateur. Il m'engagea à lui laisser la pierre et à me fournir une réponse le plus tôt possible, son attitude était étrange il était très abrupte plus que d'habitude mais je mis cela sous ma paranoïa. La nuit avait été rude et je n'étais pas d'humeur pour faire grand chose de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Dim 5 Fév - 13:59

Deux jours que nous enquêtions sur la disparition de Victor, aucune réelle piste. Autant dire que soit il était passé sous les radars soit il lui était arrivé le pire, en tout cas les anarch étaient en mouvement et mieux ne valait pas se trouver sur leur chemin.
Une autre surprise fut la visite de Duscheza, celle-ci savait ce que j'étais. Elle avait remarqué l'état de la pierre et en déduisit que Kupala était ma nouvelle maîtresse. Elle n'avait aucune envie de me dénoncer mais voulait rencontrer le démon, en échange elle me fournirait des informations. En tant qu'ancienne goule trémére, elle représentait une source d'informations non négligeable.

Apres concertations avec Kupala, elle accepta de la rencontrer. Sans ne pouvoir rien dire je fus entraîné dans une nouvelle quête qui concernait quelqu'un que je connaissais bien, ce taré de Reiner était le nouvel hôte d'un démon puissant, un des Demiurges. Des êtres infiniment anciens, déchus, qui sont tombés dans la folie, qui sait ce qu'il pouvait se passer si ils avaient accès à notre monde. Pour contrer le démon et sauver Reiner, nous avions besoin de plus d'informations et Duscheza savait où on pouvait les trouver, la bibliothèque de Féodor. Durant toutes mes années à New York  je n'ai pu qu'entrapercevoir celle-ci, les Tzimisces gardent jalousement leurs connaissances tel un dragon couvant leur or.
Néanmoins Feodor fut convaincu par mon discours, je dus lui cacher certaines choses et il ne masqua pas sa curiosité mais je pus y accéder. J'étais mal à l'aise de cette situation, Feodor était ce qu'on pouvait considérer comme un mentor pour moi (bien plus que Piotre). Je savais qu'un jour notre relation allait brutalement cesser, la vie d'un émissaire est celle d'un funambule et je venais de perdre mon filet de secours pour me jeter dans les bras d'un brasier incandescent au parfum savoureux.

Les recherches allaient prendre du temps et j'avais d'autres projets en route. Il y avait une Salubri en ville et grâce à ma diablerie je savais où elle se trouvait. Depuis que la Vicissitude avait été brulé de mon corps je ressentais le besoin de recréer une connexion avec celui-ci. J'avais été éduqué pour ne pas faire de distinction entre l'ame et le corps, que la stagnation était bien pire que la mort. Malgré tout ce qui c'était passé je n'avais pas perdue ma voie, elle était juste en transition et je devais trouver un moyen de ne pas trahir mes convictions L'obeah pourrait être un moyen de retrouver cela, malheureusement la rareté des utilisateurs de cette discipline est égale à l'immondice que sont les tréméres. Mais ici j'avais une opportunité.

L'entrepot était un peu à l'écart, je décidai de ne pas y aller discrètement aprés tout je ne cherchai pas la confrontation. Ce qui se passa ensuite était ma foi une suite d'événement logiques. Tu ne discutes pas avec un malkave, tu n'oublies pas le mensonge que tu as préparé, diabler quelqu'un pour s'approcher de son ami est une mauvaise idée, essayer de se faire passer pour la victime ensuite ne marche pas ( je persiste à dire que je n'ai jamais voulu ce qui s'est passé), surtout quand tu fais un mur de feu pour appuyer ton argument. Bref je sortis de tout ceci de mauvaise humeur et j'avais raté 3 jours. Oui se faire insulter de tremere et prendre une décharge de fusil à pompe en pleine tête peuvent entraîner une torpeur.


Durant les jours suivants je fis mes recherches sur deux fronts d'une part le cas Reiner, de l'autre Victor. Le premier réellement et l'autre plus pour ne pas se sentir coupable de n'avoir rien fait. Ce que j'appris dans la bibliothèque de Feodor était fascinant, le clan Salubri a une histoire tragique et d’après les textes ont une relation de haine avec les démons depuis bien longtemps. Notamment avec le démon Trémére, oui oui d’après ces textes le créateur du clan des mages serait un démon ayant pris le contrôle du créateur du clan Salubri. Depuis ce jour une partie de leur clan avait juré vengeance contres les engeances démoniaques, les observateurs. Il fallait donc en trouver un et qu'il accepte de nous aider mais ma récente expérience a malheureusement compliqué les choses.
J'en étais là lorsque Yoruko m'appela pour me dire qu'elle était sur la piste de Victor et dans sa voix je compris que y aller seule ne semblait pas lui plaire. Je l'accompagnai donc pour être sure que rien de fâcheux n'arrive,  Victor était sensé être passer dans un bâtiment de l'upper east side récemment mais nous ne savions rien de cet endroit autant être prudent.

Le bâtiment était un immeuble important qui semblait contenir,d’après les auras perçus, une vingtaine de vampire et de nombeux humains. Je consultai du regard Yoruko et y vit la même idée que moi, s'infiltrer dans ce genre de choses était suicidaire. Nous repartîmes donc bredouille en discutant des projets de décorations de l'Elyseum de Yoruko.
Le lendemain j'étais d'humeur joueuse et j'avais faim, je me rendis donc dans mon ancienne galerie . Je n'avais pas vraiment  le temps de punir comme il fallait De la Tour, les événements se suivaient et toute mon attention était requise. Néanmoins ce jour là je m'étais contenté de me rappeler à sa mémoire en volant une toile puis en ramenant une de ces employés chez moi afin de la réduire au silence. Avant cela je l'avais forcé à écrire un papier disant que j'étais le propriétaire du tableau pour la modique somme de 1 dollar. Ce document n'avait aucune réelle valeur mais peut être suffira t'il à énerver le frenchie, l'excés d'ego est un nectar succulent mais peu propice au bonne décision.

Souriciére passa et semblait extrêmement énervé de ma disparition il y a quelques jours. Elle devenait de plus en plus attaché, ce genre de comportement ressemblait étrangement à celui d'un lien de sang trés fort mais ce n'était pas le cas. Ce genre de pion pouvait toujours être utile, les attaches émotionnels sont des chaines que d'autres peuvent utiliser. La société et l'amitié de la plupart des vampires n'est qu'un commerce qui dure le temps du besoin,il faut savoir vivre le moment et ne rien d'attendre des autres le lendemain.
Vu que j'avais un peu de temps libre je passai rapidement à l'Elyseum du prince pour apprécier l’opéra. Dedans j'y croisa Camilla, notre relation avait été tendu depuis que je lui avais passé des fausses informations, cette histoire m'avait laissé un gout amer et il était temps de réparer cela. Son accueil fut assez glacial mais après avoir mentionné ce qui était dans le journal de mon feu sire, elle changea radicalement d'attitude. Elle appela un calice et commença à se déshabiller, nous étions hors de vue dans une alcôve ce qui nous laissa l'intimité de jouer selon notre bon plaisir. Elle était une femme charmante et même si la raison derrière cela était pour me faire parler, je me pris au jeu car de toute façon je n'avais pas grand chose à dire sur le Demiurge. Autant lier l'utile à l'agréable. Aprés nos ébats, elle me remercia de lui faire confiance et m'indiqua que les initales S.M du demiurge étaient pour Sorin Markoff. Camilla me demanda de la prévenir de l'avancée de tout cela, nous avions des intérêts en commun mais peut être pas pour la même raison alors je lui répondis  que je n'y manquerais pas plus par politesse qu'autre chose.

La nuit suivante je reçus un coup de fil de Reiner qui semblait en panique et qui avait besoin de notre aide. Je me rendis donc au plus vite espérant toujours faire face à Reiner et non un démon. Yoruko arriva au même moment que moi au manoir des Giovanni où nous fumes accueilli par Reiner et en voyant son aura je fus perplexe et extrêmement inquiet. Celle-ci était d'un noir opaque, elle irradiait d'une sombre lueur et je sus qu'il était peut être trop tard pour le sauver. Yoruko ne semblait avoir rien remarqué et il me fallut un moment pour revenir dans la discussion.  Reiner nous raconta comment refusant d’assassiner Camilla, son clan s'en était pris à lui et qu'au lieu d'être diabler il avait réussi à inverser le processus. Beaucoup de détails semblaient omis et d’après ce que je savais cela n'avait aucun sens si ce n'est grâce à une aide extérieure. Mais l'histoire ne s’arrêtait pas la, les giovannis, les tremeres et les sethites s'étaient réunis pour faire un coup d'état sur New York dans 3 jours. Il nous fallait des preuves pour ne pas paraître pour des fous, nous cherchâmes donc le manoir afin d'en trouver. Mais nous fumes brutalement interrompu par le swat, nous ne pouvions nous cacher et ils étaient bien trop nombreux pour tenter de forcer le passage. Nous fumes rapidement embarqués dans une voiture et Reiner partit en frénésie, le chaos et les balles firent partir Yoruko aussi et moi j'étais au milieu de tout cela les mains attachées. Reiner tua plusieurs hommes avant de tomber et profitant de la panique je pus me libérer afin de calmer la bête de Yoruko. Il restait un soldat paniqué qui semblait vouloir nous tirer dessus aussi, par réflexe de par ma volonté je fis disparaître son arme et Yoruko réussit à l’assommer. Dehors on entendait du mouvement, nous étions cerné et sortir de la voiture signifiait notre mort. Je vis Yoruko prendre un pistolet et se tirer une balle dans la tête, j'espérai qu'elle savait où viser sa aurait été dommage de mourir comme ça et après un juron je l'imitai. J'étais toujours conscient quand on prit mon corps et qu'on le déplaça,  j’espérais que ce swat était bien lié au force de l'ordre et non une initiative privée sinon je n'avais aucune idée où notre route allait finir. Mais après un long moment j'entendis la voix de Phineas, j'étais donc bien à la morgue. Puis j'entendis une seconde voix familière, Witchwood était dans la pièce et n'ayant aucune envie de discuter avec lui je continuai à faire le mort. Malheureusement cela ne suffit pas et après une menace grondée il m'indiqua que nous allions avoir une longue discussion sans bullshit. Je regarda Yoruko toujours inerte, Phineas suivit mon regard puis me fit un sourire et je sus qu'elle était révéillée. Une part de moi comprenait vu sa relation avec Witchwood l'autre ne put retenir une insulte mesquine, un grognement me fit revenir vers mon interlocuteur et je vidai mon sac...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Jeu 16 Fév - 23:43

Le ménage fut fait, les sethites et les tréméres payèrent le prix fort de la rébellion. Mon implication dans tout ceci fut minimisé et je sus taire ses bavards des elyseums pour que cela reste ainsi. La cour de Souriciére pris une envergure nouvelle, elle m'offrit un bloc entier dans un quartier agréable où ma nouvelle galerie fera son grand retour. Une attention que j'acceptai avec plaisir, son dévouement était important peut être un peu trop mais j'avais bien trop de choses en tête pour être assez lucide sur la chose. Mon lien de sang avec Vaudert s'était brutalement interrompu...

La rupture d'un lien de sang est généralement l'affaire de quelques mois voir un an si il n'est pas renouvelé et bien que certaines personnes peuvent faire baisser ce temps grâce à leur forte volonté l'éventualité que le préfet était mort me paraissait plus probable. Souriciére n'avait pas de tels informations et préféra plutôt me féliciter avec moult superlatifs, je l'écoutai à peine me disant que de toute manière ceci ne me concernait pas. Malheureusement un peu plus tard dans la soirée je fus convoqué à la préfecture, bien j'avais raison mais je n'avais rien à voir avec cette histoire. Et encore une fois la vision de Yoruko dans le hall me donna tort, si elle était là cela devait mettre en jeu Reiner. Etant en torpeur nous ne l'avions pas vu depuis les incidents, l'avancée du démon a du encore une fois nous prendre de vitesse. Vaudert fils nous amena dans le bureau de son sire et nous vîmes au sol deux tas de vêtements, un tas de vêtements large et un tas de vêtements familier. Il n'y avait plus de doute sur la situation et nous devions faire vite, Reiner n'était plus en contrôle et il fallait agir vite. Après un léger temps je lui annonçai le lien de sang brisé et mon tempérament soucieux fut pris pour de la nonchalance. Je vis la bête s'insinuer dans son regard et il se jeta sur moi. Qu'attendait il de quelqu'un qui a tué son sire, un chocolat chaud et un mouchoir, je n'avais pas le temps pour ces conneries d'emo. Il me mit au sol et commença à me frapper, il me fallut toute ma retenue pour ne pas brûler ce crétin mais heureusement ces coups étaient facilement encaissables. Un leger regard vers Yoruko me montra toute son inactivité et je faillis lui souffler d'appeler à l'aide avant qu'elle ne se reprit. Quelques moments plus tard le fils à papa repris sa conscience grâce à l'intervention des membres de la préfecture, néanmoins il nous menaça de nous bannir de la ville si nous ne trouvions pas le coupable. Je pris ce caprice pour ce qu'il l'était et lui intima de manière polie de fermer sa gueule et de rester professionnelle.


Il fallait absolument que je vois Duscheza et l’initiative de Yoruko d'aller à l'université me convenait parfaitement. Arriver la bas aucune trace de Reiner, Duscheza nous accueillit et je fis les présentations. Rapidement je la mis au courant et elle m'empressa de continuer la discussion sans Yoruko, celle-ci pris la mouche et partit en trombe. Avoir en face de soi une femme de caractère et votre soirée sera réussit, mettez en plusieurs dans une pièce et vous pouvez être sur qu'elle sera gâché. Je sermonnais Duscheza et je sortis pour faire revenir Yoruko, celle-ci finissait de raccrocher et elle semblait en colère. Chose assez rare qui fit taire mon impatience, je lui présentai donc mes excuses et la priai de bien revenir à l'intérieur.

Evidemment pour parler du sujet brûlant il fallait réaliser le rituel permettant de ne pas être espionné du démon. Celui-ci allait prendre quelques temps, assez pour que je rendis visite à Féodor pour lui annoncer la nouvelle de la mort du préfet. Je savais qu'ils se connaissaient depuis un certain temps et s'appréciaient mutuellement. Yoruko insista pour m'accompagner, je n'étais vraiment pas pour mais elle insista tellement qu'elle semblait pret à me suivre avec ou sans mon consentement. Arrivé la bas Feodor semblait en colère, son flegme naturel était absent et à la vision de Yoruko cela ne s'améliora pas. Il nous fit promettre la destruction de Reiner sans aucun compromis et nous congédia, bref une vengeance assez classique.

De retour à l'université Duscheza nous attendait avec un regard réprobateur que j'ignorai superbement. Le rituel était fini et nous pouvions discuté, Yoruko fut mis à jour sur la situation et la goule révéla enfin qu'elle avait un contact salubri, un observateur. Elle hésita à nous dire son nom mais après un contrat de non agression elle nous révélat que c'était Xenophon le nouveau primogéne trémére. Cette information me laissa perplexe, ce vampire jouait un jeu dangereux depuis un long moment et obtenir son aide semblait difficile. La discussion continua sur le sujet jusqu'à ce que Duscheza annonça calmement que Yoruko était une baali, cette dernière ne se défendit pas car elle était bien trop occupé à assimiler que j'étais aussi un baali. Oui la goule avait aplani la situation avec beaucoup trop de facilité et je me retins de la giffler. N'ayant plus grand chose à dire nous nous séparâmes telles des fêtards honteux en pleine gueule de bois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Vlad's mind   Jeu 2 Mar - 23:49

A la tête de Mr Everett je voyais qu'il commençait à se demander si notre groupe en valait la peine mais néanmoins ce n'est pas sans encouragement qu'il nous laissa régler l'affaire Koenig. Avec en bonus ce qui semblait allait être notre nouvelle nounou, mr.Fawad Khan. Un sikh à fière allure qui se présenta comme un brujah, néanmoins la discussion fut interrompu par l'arrivée d'une lettre pour Yoruko. Celle-ci tenta de partir seul mais ce n'était pas du gout de notre nouvel ami qui la poursuivit dans les couloirs, une fois le calme revenu je n'avais plus qu'à partir seul si ce n'est pour cette étrange et sale humain qui m'interpella et me fit comprendre qu'il allait me suivre. La goule du sikh semblait devoir accompagner tout mes faits et gestes, désabusé je fis un effort et il monta derrière moi. En roulant une odeur fétide semblait embaumer l'air et j'essayai d'expliquer au bougre qui ne semblait pas comprendre l'anglais que la toilette n'était pas facultative. Je ne compris pas son prénom, pour trancher la poire en deux je lui donna le nom de Tuktuk.


Ma galerie était en bonne voie de réouverture, rien à signaler sauf un certain Lazlo assureur qui semblait vouloir me rencontrer et qui a réussi à troubler Luna. Néanmoins ce n'était pas le problème majeur, nous avions rendez vous avec Duscheza et elle n'aimait pas attendre. Direction l'université, nous fumes accueillis par le silence tuktuk et moi. Redoutant le retour de Reiner nous cherchâmes rapidement si il y avait un intrus et il ne fallut pas longtemps avant de croiser un homme ou devrais je dire un vampire inconnu. Une lutte rapide se déroula où l'intrus réussit malheureusement à fuir, aucune trace de Duscheza hormis un chemin de sang. Il fallait que je la trouve et j'appelai donc son portable , j'entendis une voix qui n'avait aucun sens, Souriciére. Celle-ci me parla rapidement, surprise puis raccrocha. La jalousie est une chose commune dans le monde dans lequel j'évolue, je ne laisse jamais personne indifférent et c'est une sensation que j'affectionne. Néanmoins vu la psyché de la nosfé,  les chances d'une bonne nouvelle étaient basse. Retour chez moi en vitesse, cadavre de Duscheza et Souriciére en pleine crise, une conclusion peu surprenante. Elle me fit une colère, pensant que je l'avais trompé etc... ( chose ma foi vrai mais pas avec elle, mais bon peut on parlé de tromperie quand la relation ne va que dans un sens, vaste débat qui rejoins celui de est ce que sucé c'est trompé). Je pris mon temps pour la calmer, d'une manière c'était chiant pour la lutte contre le démon d'un autre cela faisait un témoin en moins qui savait ce que j'étais. Tout était pardonnable jusqu'à ce qu'elle me menaça de révéler tout à la préfecture, là c'était tout autre chose. Je voulais bien être conciliant mais faut pas déconner non plus, je la prévins que ce qu'elle allait faire était sans retour et la laisser sans aller. Elle devait donc mourir, dommage du potentiel mais peu de contrôle. A peine avais je le temps de finir cette idée qu'un vacarme se fit entendre dans la rue, Fawad était partie en frénésie et avait tuer des passants en pleine rue. Yoruko sans jambe fut retrouvé sous une voiture et pour régler cette affaire je dus m'endéter auprès de Floyd, Mr.Cop. Mes goules avaient été attaché dans la galerie et en passant je vis qu'une de mes œuvres importantes étaient manquantes, je me retins de peu de foutre le feu à tout ce qui m'entourait et repartis chez moi.


Je me préparais donc pour assassiner Souriciére quand je reçus un message étrange m'indiquant que le problème avait été réglé et que je devais rester chez moi en attendant. Quelques temps plus tard  un vampire entra, l'agresseur de l'université, qui se présenta comme Lazlo. Plutôt bel homme, il perdit beaucoup de son charme quand il commença à me parler :
-Il était archonte
-Il était foutrement trop familier avec moi
-Ces propos ne laissant pas beaucoup de sous entendus, il me laissa comprendre qu'il savait que j'étais sous la coupe de Kupala
-Il voulait que nous gardions contact dans le cadre d'une coopération.

La situation partait un peu en couille, j'étais très loin de ma zone de confiance. Plus de demi-tour, Darwin disait que l’espèce qui avait le plus de chance de survivre n'était pas celle qui était la plus forte ou la plus intelligente mais celle qui s'adaptait le plus vite à une situation nouvelle. I guess it's showtime..



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vlad's mind   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vlad's mind
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vente] Tarmo, Baneslayer & Jace mind sculptor x2 + fetch lands
» Empire State Of Mind
» [MOC] Vlad et son histoire
» Geek Mind
» HTLiveSight et Hattrick Mind

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Relic Hunters :: La coterie de PJs :: Chroniques-
Sauter vers: